Sourate 114 (An Nâs)

 

بسم الله الرحمـن الرحيم

 

~ Tafsir Sourate An-Nâs ~

Ibn Kathir

Traductions approximatives



Medinoises

 



La position d'Ibn Mas3oud concernant ces deux sourates
Imam Ahmed rapporta de Zirr ibn Houbaych qu'Obayy Ibn Kaab lui dit qu'Ibn Mas3oud n'inclut pas les deux sourates de l'Aube naissante et de Hommes dans sa copie du Coran.
Obayy dit : "Je témoigne que le Messager d'Allah salla Allahou 3layhi wa salam m'informa que Jibril lui dit :

 


Qul 'A`ūdhu Birabbi Al-Falaqi


Qul 'A`ūdhu Birabbi An-Nāsi

 


le Prophète salla Allahou 3alayhi wa salam le répéta après lui. Ainsi, nous disons ce que le Prophète avait dit." [Ahmed 5/129]

Les mérites de sourates de l'Aube naissante et des Hommes
Dans son recueils de Hadiths authentiques, Mouslim rapporta selon un récit de 3Oqba ibn 3Amir que le Messager d'Allah salla Allahou 3alayhi wa salam dit :
"Ne vois-tu pas qu'il y a des versets qui m'ont été révélés cette nuit dont on n'a jamais vu de pareil auparavant ? Ces versets sont :

 



Qul 'A`ūdhu Birabbi Al-Falaqi

 



et

 



Qul 'A`ūdhu Birabbi An-Nāsi

 




"
[Mouslim 1/558]
Ce Hadith fut rapporté par Ahmed, Tirmidhi et An-Nasâï. At-Tirmidhi le qualifia d'authentique. [Ahmed 4/144, Touhfatoul-Ahwathi : 9/303, An-Nisâï 8/254]


Un autre récit
Imam Ahmed rapporta que 3Oqba ibn 3Amir dit qu'il guidait une fois le Messager d'Allah salla Allahou 3alayhi wa salam sur un chemin quand il dit :
"Ô 3Oqba ! Ne montes-tu pas ?"
3Oqba dit qu'il eu peur que le Messager d'Allah salla Allahou 3alayhi wa salam ne considère son comportement comme un acte de désobéissance. Ainsi, le Messager d'Allah salla Allahou 3alayhi wa salam descendit de la monture et 3Oqba monta avant de reprendre le chemin. Puis, le Messager d'Allah salla Allahou 3alayhi wa salam dit :
'Ô 3Oqba ! Veux-tu que je t'enseigne deux surates qui sont les meilleures que les gens récitent ? "
3Oqba dit : "Certes oui, Ô Messager d'Allah !"
Alors il enseigna à 3Oqba de réciter :

 



Qul 'A`ūdhu Birabbi Al-Falaqi

 



et

 



Qul 'A`ūdhu Birabbi An-Nāsi

 





Puis, la prière fut annoncée et le Messager d'Allah salla Allahou 3alayhi wa salam se mit devant les gens et récita ces deux sourates dans la prière. Plus tard, il revint à 3Oqba et lui dit :
"Qu'en penses-tu, Ô 3Oqayib ? Récite ces deux sourates avant de dormir et quand tu te lèves." [Ahmed 4/144]
An-Nasâï et Abou Dawud rapportèrent aussi ce Hadith [Abou Dawoud 2/152, An-Nasâï 8/252,253]

Un autre récit
An-Nasâï rapporta de 3Oqba ibn 3Amir que le Messager d'Allah salla Allahou 3alayhi wa salam dit :
'Certes, les gens n'ont jamais cherché la protection avec mieux que ces deux

 


Qul 'A`ūdhu Birabbi Al-Falaqi

et





Qul 'A`ūdhu Birabbi An-Nāsi

 


" [Al-Konâ par Ad-Doulâbi 1/106]

Un autre récit

An-Nasâï rapporta que 3Oqba ibn 3Amir dit : "Alors que je marchais avec le Messager d'Allah salla Allahou 3alayhi wa salam, il dit :
"Ô 3Oqba ! Dis"
Je répondis : Que dois-je dire ? . Il se tut pendant un moment avant de dire :
"Dis".
Je répondis : Que dois-je dire, Ô Messager d'Allah ? Il dit :

 


Qul 'A`ūdhu Birabbi Al-Falaqi

 



Je la récitai après jusqu'à la fin. Puis il dit :
"Dis"
Je répondis que dois-je dire, Ô Messager d'Allah ?
Il dit :

 


Qul 'A`ūdhu Birabbi An-Nāsi

 




Je la récitai jusqu'à la fin. Ensuite, le Messager d'Allah salla Allahou 3alayhi wa salam dit :
"Personne n'a supplié avec quelque chose de semblable qu'elles et personne n'a cherché refuge par quelque chose de pareil à elles" [An-Nâsâï 8/253]

Un autre récit
An-Nasâï rapporte qu'Ibn 3Abis Al-Johani relata que le Prophète salla Allahou 3alayhi wa salam lui dit :
"Ô Ibn 3Abis ! Veux-tu que je t'informe de la meilleure chose que ceux qui cherchent protection utilisent ?"
Il répondit : "Certes oui, Ô Messager d'Allah !" Le Prophète salla Allahou 3alayhi wa salam dit :
"

 


Qul 'A`ūdhu Birabbi Al-Falaqi

et



Qul 'A`ūdhu Birabbi An-Nāsi

 




"
[An-Nasâï 8/251]


Imam Ahmed rapporta que 3Aïsha (radhi Allahou 3anha) dit que chaque fois que le Messager d'Allah salla Allahou 3alayhi wa salam souffrait d'un mal, il récitait les Mou3awathataynes pour lui-même et soufflait sur son corps.
Quand le mal s'aggravait, 3Aïsha (Radhi Allahou 3anha) récitait les Mou3awathataynes plusieurs fois avant de prendre sa main et essuyer son corps en demandant la bénédiction de ces deux sourates. [Al Mowatta' 2/942]
Al Boukhary, Abou Dawud, An-Nasâï et Ibn Mâjâ rapportèrent tous ce récit [Fat'houl bâri 8/679, Mouslim 4/1723, Abou Dawud 4/220, An-Nasâï dans al kobra 4/867, Ibn Mâjâ 2/1161].

On rapporta aussi d'Abi sa3id que le Messager d'Allah salla Allahou 3alayhi wa salam avait l'habitude de chercher protection contre le mauvais oeil des jinns et des hommes. Mais, quand les Mou3awathataynes furent révélées, il en utilisa pour chercher la protection et abandonna toutes les autres formules. At-Tirmidhi, An-Nasâï, et Ibn Mâjâ rapportèrent ce récit. At-Tirmidhi le qualifia d'authentique. [Touhfatoul-Ahwathi 6/218, An-Nasâï 8/271, Ibn Mâjâ 2/1161]

 








 



Il s'agit-là de trois des attributs d'Allah le Tout Puissant, à savoir la seigneurie, la souveraineté et la divinité.
Allah est le Ilah de toute chose. Il a créé toute chose et il est le propriétaire de tout ce qu'Il à créé.
Par conséquent, Il commande celui qui cherche protection de chercher refuge auprès de Celui qui a ses attributs du mal qu'engendre le mauvais conseiller furtif. Ce conseiller est le diable qui est assigné à l'homme, car tout enfant d'Adam a un compagnon qui lui embellit les mauvaises oeuvres. Ce diable fera tout ce qui est possible pour le confondre et la seule personne qui soit en dehors de son influence est celle qu'Allah protège.
Dans un Hadith confirmé, le Prophète salla Allahou 3alayhi wa salam a dit :
"Il n'y a pas une seule personne parmi vous sans qu'elle ne soit accompagnée par le diable qu'on lui a assigné."
Les compagnons dirent : "Qu'en est-il de toi, Ô Messager d'Allah ?" Il répondit :
"Oui, cependant, Alla m'a aidé contre lui et il a accepté l'Islam, alors il ne me commande que le bien." [Mouslim 2167]

On rapporta aussi dans les deux recueils de Hadiths authentique qu'Anas, qui rapporta l'histoire de Safiyyah quand elle rendit visite au Prophète salla Allahou 3alayhi wa salam, alors qu'il était en état de réclusion, dit que le Prophète salla Allahou 3alayhi wa salam sortit de la mosquée avec elle durant la nuit pour la ramener chez elle. Deux hommes des Ansars le rencontrèrent dur le chemin. Quand ils le virent, ils se mirent à marcher rapidement. Le Messager d'Allah salla Allahou 3alayhi wa salam leur dit :
"Lentement! Celle-ci n'est que Safiyyah bint Hoyay!"
Ils dirent : "Gloire à Allah, Ô Messager d'Allah!". Il dit :
"Certes, Satan coule au sein de l'enfant d'Adam comme du sang, et je crains qu'il ne puisse jeter quelque chose dans vos oreilles -- ou bien dit-il du mal dans vos oreilles." [Fathoul-Bâri 4/326]

Sa3id ibn Joubayr rapporta qu'Ibn 3Abbas dit au sujet de ce verset

 

{Le mal du mauvais conseiller furtif}

 


qu'il s'agit du diable qui est accroupi sur le coeur de l'enfant d'Adam. Ainsi, quand il est distrait et inattentif, Satan lui inspire des mauvais conseils et quand il se rappelle Allah, il se retire [At-Tabari 24/709]. Moujahid et Qatada
dirent la même chose [At-Tabari 24/710].
Al-mo3otamir ibn Soulaymân rapporta que son père dit qu'on lui rapporta que le mauvais conseiller furtif n'est autre que Satan. Il souffle dans le coeur de l'enfant d'Adam quand ce dernier est triste ou content. Mais quand l'homme invoque Allah, Satan se retire [At-Tabari 24/710]. Al3Oufi rapporta qu'ibn 3Abbâs dit que le mauvais conseiller furtif est satan. Il inspire ses mauvais conseils et quand il est obéi, il se retire [At-Tabari 24/710].

Ensuite, Allah dit -approximativement- :

 

{qui souffle le mal dans les poitrines des hommes}

 


S'agit-il ici d'une nature humaine comme cela est apparent ou bien cette nature inclut-elle aussi les jinns ? Il y a deux avis concernant cette question, car les jinns sont aussi concernés par la signification du terme An-Nâs (les hommes) dans la plupart des cas.
Ibn Jarîr dit que l'expression Rijâloun minal-jinn (des hommes parmi les jinns) prouve cette inclusion et que par conséquent le terme An-Nâs s'applique aussi à eux [At-Tabari 24/711].

Ensuite Allah à dit -approximativement- :

 

{qu'il soit jinn ou homme}

 


Ce verset explique-il alors le verset qui dit :

 

{qui souffle le mal dans les poitrines des hommes} ?

 


Allah l'explique en disant -approximativement- :

 

{qu'il soit jinn ou homme}

 


Et ceci soutient, par conséquent, le second avis. Par contre, l'autre avis dit que ce verset :

 

{qu'il soit jinn ou homme}

 


Constitue une explication de celui qui souffle le mauvais conseil dans les poitrines des hommes parmi les diables des hommes et des jinns. Allah dit de même dans un autre verset -approximativement- :

 

{Ainsi, à chaque prophète avons-Nous assigné un ennemi : des diables d'entre les hommes et le jinns, qui s'inspirent trompeusement les uns aux autres des paroles enjolivées} 6:112


Imam Ahmed rapporta qu'Ibn 3Abbâs dit qu'un homme vint au Prophète salla Allahou 3alayhi wa salam et lui dit : "Ô Messager d'Allah ! Parfois je me dis des choses que je ne peux dire à haute voix". Le Prophète salla Allahou 3alayhi wa salam lui dit :
"Allahou Akbar ! Allahou akbar ! Al7amdoulillah qui à transformé le complot de Satan en un simple souffle" [Ahmed 1/235]
Abou Dawud et An-Nasâï rapportèrent ce Hadith [Abou Dawud 5/336, An-Nasâï dans al kobrâ 6/1710].

 

Date de dernière mise à jour : 10/06/2013