Sourate 102 (At-Takathur)

بسم الله الرحمـن الرحيم

 

~ Tafsir Sourate 102 ~


  Le résultat de l'amour de ce monde et de la négligence de l'au-delà. 



Allah a dit que tout le monde est distrait par sa cupidité et son amour pour ce monde, ses délices et ses plaisirs. L'intérêt que portent les gens aux biens de ce monde les distrait de chercher et de désirer l'au-delà, cela se poursuit jusqu'à ce qu'ils soient morts et enterrés dans les tombes. Alh-Bukhâry rapporta dans le livre d'Ar-Riqâq (Les coeurs doux) qu'Anas relata qu' Obayy ibn Ka`ab dit :
Nous pensions que cela faisait partie du Qur'ân jusqu'à la révélation du verset qui dit :

"La course à la cupidité vous distrait"



Il faisait ici référence au Hadîth dans lequel le Prophète صلى الله عليه و سلم dit :

"Si l'enfant d'Adam avait une vallée en or, il aurait souhaité une autre." Fathoul-Bâri : 11/258



Imam Ahmed rapporta que `Abdullah ibn Ach-Chakhyr dit : Je me suis rendu auprès du Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم et je l'ai entendu dire :

" "La course à la cupidité vous distrait" L'enfant d'Adam ne cesse de dire : 'Mes biens, mes biens'. Cependant, obtenez-vous vraiment quelque chose en dehors de ce que vous mangez et achevez, ce que vous portez et usez et ce que vous dépensez en charité ?" Ahmed 4/24



Muslim 4/2273, At-Tirmidhy Touhfatoul-Ahwathi et An-Nasâï dans Al-Kobrâ 5/521 rapportèrent aussi ce hadîth. Muslim rapporta dans son recueil de hadîth authentiques qu'abu Hurayrah relata que le Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم dit :

"Le serviteur dit : 'Mes biens, mes biens'. Cependant, il n'a vraiment de chose que ce qu'il mange et achève, ce qu'il porte comme vêtements et use et ce qu'il dépense en charité. En dehors de cela, il n'a que ses biens qu'il laissera aux autres une fois parti." Muslim 4/2273



Muslim fut le seul a rapporter ce hadîth.

Al-Bukhâry rapporta d'Anas Ibn Mâlik que le Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم dit :

"Trois choses suivent la personne décédée, deux retournent et une demeure avec lui. Les choses qui le suivent sont sa famille, ses biens, et ses actes. Sa famille et ses biens retournent, alors que ses actes demeurent avec lui." Fathoul-Bâri 11/369



Ce hadîth fut aussi rapporté par Muslim 4/2273, At-Tirmidhy Touhfatoul-Ahwathi 7/50, An-Nasâï dans al-Kobrâ 6/631.

Imam Ahmed rapporta d'Anas que le Prophète صلى الله عليه و سلم dit :

"L'enfant d'Adam vieillit et devient sénile, mais deux choses demeurent avec lui : la cupidité et l'espoir." Ahmed 3/115



Al-Bukhâry 6421 et Muslim 1047 authentifièrent ce hadîth dans leurs recueils de hadîth authentiques.

  L'avertissement de voir l'Enfer et d'être interrogé sur les plaisirs. 



Allah dit :

"Mais non ! Vous saurez bientôt (la conséquence de la négligence de l'au-delà) ! (Encore une fois!) Vous saurez bientôt !"



Al-Hasan Al-Basri dit qu'il s'agit d'une menace après menace (Al-Baghawi 4/520). Pour sa part, Ad-Dahâk dit que :

"Mais non ! Vous saurez bientôt (la conséquence de la négligence de l'au-delà) !"



s'adresse aux mécréants, alors que :

"(Encore une fois!) Vous saurez bientôt !"



s'adresse au croyants (At-Tabari 24/581). Ensuite, Allah dit :

"Surement ! Si vous saviez de science certaines !"



C'est-à-dire si vous saviez avec certitude, vous ne seriez pas distraits par les biens et les richesses, et vous n'aurez pas négligé la demeure de l'au-delà toute votre vie et jusqu'à votre enterrement dans les tombes.
Ensuite Allah dit :

"Vous verrez certes la fournaise. Puis, vous la verrez certes, avec l'oeil de la certitude !"



Il s'agit ici de l'explication de la menace précédente dans laquelle Allah dit :

"Mais non ! Vous saurez bientôt ! (Encore une fois) Vous saurez bientôt !"



Ainsi Allah menace les gens par cette conséquence, autrement-dit, le feu que les habitants de l'Enfer verront, un feu dont le souffle ferra tomber sur son genou tout ange proche d'Allah et tout prophète envoyé à cause de l'effroi, de la crainte et de l'horreur. Ceci trouve son fondement des hadîths rapporté à cet égard.
Ensuite Allah dit :

"Puis, assurément, vous serez interrogé, ce jour là sur les délices"



C'est-à-dire que ce jour-là vous serez tous interrogés sur votre gratitude envers les bienfaits qu'Allah vous a accordés, notamment la santé, la sécurité et la subsistance. Vous serez interrogés sur votre manifestation de la gratitude et sur votre culte d'Allah.
Ibn Jarîr rapporta qu'Al-Housayn Ibn `Aly As-Sadâï relata d'Al-Walîd Ibn Al-Qasîm que Yazîd Ibn Kaysan rapporta qu'Abû Hazîm dit qu'Abû Hurayrah dit qu'Abû Bakr et `Omar étaient assis quand le Prophète صلى الله عليه و سلم arriva et leur demanda :

"Pourquoi êtes vous assis ici ?"



Ils répondirent : "Par Celui qui t'a envoyé avec la vérité, rien nous a poussé de sortir de nos maisons que la faim." Le Prophète صلى الله عليه و سلم dit :

"Par Celui qui m'a envoyé avec la vérité, c'est la même chose qui m'a poussé à sortir de chez moi".



Ainsi ils marchèrent jusqu'à ce qu'ils arrivèrent à la maison d'un homme des Ansârs, la femme de la maison les accueillit. Le Prophète صلى الله عليه و سلم lui demanda :

"Où est tel ?"



Elle dit : "Il est parti chercher de l'eau pour nous." Plus tard l'homme arriva avec un sceau d'eau. Il dit : "Bienvenue, il n'y a rien de mieux qui puisse m'arriver que la visite d'un Prophète aujourd'hui". Puis, il posa le seau près d'un palmier avant de le grimper pour leur apporter une grappe de dattes. Le Prophète صلى الله عليه و سلم lui dit :

"Pourquoi n'as-tu pas choisi ?"



L'homme dit : "Je voulais choisir avec tes propres yeux". Ensuite, il prit un couteau pour égorger une brebis, mais le prophète صلى الله عليه و سلم lui dit :

"N'égorge pas celle qui donne du lait"



L'homme leur égorgea un mouton ce jour-là et ils en mangèrent tous. Ensuite le Prophète صلى الله عليه و سلم dit :

"Vous serez interrogé sur ceci le jour de la Résurrection. La faim vous a fait sortir de chez vous et vous n'y êtes retournés qu'une fois avoir mangé ce repas. Ceci fait partie des délices." At-Tabari 24/583



Muslim 3/1609 rapporta aussi ce Hadîth.
Il fut confirmé dans le recueil des Hadîths authentiques d'Al-Bukhâry ainsi que dans les sounans d'At-Tirmidhy, d'An-Nasâï et Ibn Mâjâ qu'ibn `Abbas rapporta que le Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم dit :

"Deux délices sont traités avec injustices par la plupart des gens, à savoir la santé et le temps libre." Fathoul-Bâri 11/233, Touhfatoul-Ahwathi 6/589, 4/465 : Ibn Mâjâ 2/1396.



Ahmed fut le seul a rapporter ce hadîth dans cette version.


Ainsi prend fin l’exégèse (abrégée) de la surat At-Takâthour, Louange et Gratitude à Allah