L’argument de l’homme qui demanda à sa famille de le bruler

بسم الله الرحمـن الرحيم


 

~ L’argument de l’homme qui demanda à sa famille de le bruler après sa mort et de répandre ses cendres ~

 

 

 

Les égarés se basent sur le Hadîth rapporté par Al Boukhârî et Mouslim qui dit :

 

« Abou Hourayra rapporte du prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam qu’il a dit « Il y avait un homme qui s’était fait du mal à lui-même. Lorsque la mort lui vint, il dit à son fils : « Lorsque je mourrai, brule mon corps puis réduit le en poudre puis jette mes cendres dans le vent, car si Allah parvient à me ressusciter il me punira d’un châtiment que jamais personne n’a subis. » Lorsque la mort le prit, on fit de lui ce qu’il avait demandé. Alors Allah ordonna à la terre de réunir tout ce qui se trouve en elle, et la terre obéit. Une foi que l’homme fut rétablit, Allah lui dit « Qu’est ce qui t’a amené à faire ça ? » Il répondit « Ô Seigneur ! C’est parce que j’ai eu peur de Toi ! » Alors Allah lui pardonna. »

 

 

Les égarés disent : « Ce hadîth est une preuve que celui qui fait du grand polythéisme par ignorance ne sort pas de l’islam, car cet homme a douté de la puissance d’Allah et de la résurrection, et ceci est une grande mécréance et pourtant Allah lui a pardonné. »


 

Réponse à cette ambiguïté :

 

            Premièrement : à la base même, cet homme n’avait même pas commit de polythéisme, alors en quoi son histoire serait un argument ?!

 

Cheykh ‘Abdel-Latîf ibn ‘Abderrahmân Âl Cheykh dit dans « Minhaj Ta’sîs » page 217 :

 

وحديث الرجل الذي أمر أهله بتحريقه كان موحّداً ليس من أهل الشرك فقد ثبت من طريق أبي كامل عن حماد عن ثابت عن أبي رافع عن أبي هريرة: "لم يعمل خيراً إلا التوحيد" فبطل الاحتجاج به عن مسألة النزاع

 

« Et le Hadîth de l’homme qui demanda à sa famille de le bruler, cet homme était monothéiste et n’avait pas commit de grand polythéisme, car il est confirmé par la voie d’Abî Kâmil, d’après Hammâd, d’après Thâbit d’après Abî Râfi‘ d’après Abou Hourayra : « Il n’avait pas fait un seul acte de bien à par le monothéisme. » Donc, l’argumentation par ce hadîth dans notre sujet est dès lors invalide. »

 

En effet, l’imam Ahmad rapporte dans son Mousnad, Hadîth n°   7697   :

 

عَنْ أَبِى هُرَيْرَةَ عَنِ النَّبِىِّ -صلى الله عليه وسلم- وَغَيْرُ وَاحِدٍ عَنِ الْحَسَنِ وَابْنِ سِيرِينَ عَنِ النَّبِىِّ -صلى الله عليه وسلم- قَالَ « كَانَ رَجُلٌ مِمَّنْ كَانَ قَبْلَكُمْ لَمْ يَعْمَلْ خَيْراً قَطُّ إِلاَّ التَّوْحِيدَ فَلَمَّا احْتُضِرَ قَالَ لأَهْلِهِ انْظُرُوا إِذَا أَنَا مِتُّ أَنْ يَحْرِقُوهُ حَتَّى يَدَعُوهُ حُمَماً ثُمَّ اطْحَنُوهُ ثُمَّ اذْرُوهُ فِى يَوْمِ رِيحٍ. فَلَمَّا مَاتَ فَعَلُوا ذَلِكَ بِهِ فَإِذَا هُوَ فِى قَبْضَةِ اللَّهِ فَقَالَ اللَّهُ عَزَّ وَجَلَّ يَا ابْنَ آدَمَ مَا حَمَلَكَ عَلَى مَا فَعَلْتَ قَالَ أَىْ رَبِّ مِنْ مَخَافَتِكَ. قَالَ فَغُفِرَ لَهُ بِهَا وَلَمْ يَعْمَلْ خَيْراً قَطُّ إِلاَّ التَّوْحِيدَ ».

 

D’après Abou Hourayra, d’après le prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam et plus d’une personne, d’après Al Hassan et Ibn Sîrîn, d’après le prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam qui dit « Il y avait un homme avant vous, qui n’avait fait aucun acte de bien à part le monothéisme. Lorsque la mort lui parvint, il dit à sa famille : « Lorsque je mourrai, brule moi jusqu’à ce que je devienne cendre, puis réduit la en poudre et jette là un jour de vent. Lorsqu’il mourut, ils firent ce qu’il eu demandé. Mais une foi entre les mains d’Allah, Allah lui dit « Ô fils d’Âdam, qu’est ce qui t’a poussé à faire cela ? » Il dit « La peur de Toi Ô Seigneur ! » Alors Allah lui pardonna bien qu’il n’avait pas fait un seul acte de bien autre que le monothéisme. »

 

Ce hadîth n’est donc absolument pas un argument en faveur de ces égarés ni une preuve contre nous, car nous parlons de celui qui commet du grand polythéisme : celui qui donne un égal à Allah, alors que cet homme dans ce hadîth n’a jamais donné d’associé à Allah.

 

Ce hadîth prouve en faite que cet homme n’a pas invalidé son monothéisme, sinon le prophète se serait contredit en disant que cet homme n’a fait aucun bien à part le monothéisme ! Ce Hadîth indique en faite que cet homme n’avait pas ignoré la puissance d’Allah ni la résurrection, mais prouve au contraire qu’il y croyait.

 

Ibn Taymiya dit dans Majmoû3 Al Fatawa volume  12 pages 491 :

 

كان مؤمنا بالله فى الجملة ومؤمنا باليوم الآخر فى الجملة وهو أن الله يثيب ويعاقب بعد الموت وقد عمل عملا صالحا وهو خوفه من الله أن يعاقبه على ذنوبه غفر الله له بما كان منه من الايمان بالله واليوم الآخر والعمل الصالح

 

« Il avait Foi en Allah dans l’ensemble, et il croyait en la résurrection dans l’ensemble, c'est-à-dire qu’il croyait qu’Allah récompense et châtie après la mort, et il avait fait une bonne action qui est la peur qu’Allah le punisse pour ses péchés, Allah lui pardonna alors ses péchés du faite qu’il avait Foi en Allah, au jour dernier et qu’il avait fait une bonne action. » Fin de citation.



Ce hadith fait partie des textes mutashabih (phrase à plusieurs sens) à propos desquels  Allah  Le Très-Haut en a interdit l’utilisation. Cette interdiction concerne le fait d'y avoir recours comme arguments pour expliquer la base de l’islam, en exemple : les Noms et Attributs Parfait d’Allah Le Très-Haut.
Malgré les mises en garde d’Allah, nous rencontrons actuellement de nombreux groupes associateurs comme les pseudos salafis qui les prennent comme argument. Allah Le Très Haut nous dit :
« Les gens, donc, qui ont au cœur une inclinaison vers l'égarement, mettent l'accent sur les versets à équivoque, cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors que nul n'en connaît l'interprétation, à part Allah » Sourate 3 verset 7 traduction approximative

 


réédité

[Ajout] Paroles en Arabe

 

  • Ibn Hajar al'Asqalany :

«وأظهر الأقوال أنه قال ذلك في حال دهشته وغلبة الخوف عليه حتى ذهب بعقله لما يقول، ولم يكن قاصدًا لحقيقة معناه، بل كان فيها كالغافل والذاهل والناسي الذي لا يؤاخذ بما يصدر منه»

 

«فتح الباري» لابن حجر: (6/523)

Date de dernière mise à jour : 19/06/2013