Faire des lois avec Allah, et faire des lois en dehors d'Allah

بسم الله الرحمـن الرحيم

 

~ La Différence entre :
Faire des lois avec Allah, et faire des lois en dehors d'Allah ~

 

Celui qui légifère des lois contraires à celle d’Allah peut être de deux catégories :

  1. Celui qui légifère avec Allah.

  2. Celui qui légifère en dehors d’Allah.



Quelle différence y a-t-il entre les deux ?



  • Légiférer avec Allah

Allahعز وجلa dit :

« Et les idolâtres dirent: "Si Allah avait voulu, nous n'aurions pas adoré quoi que ce soit en dehors de Lui, ni nous ni nos ancêtres; et nous n'avons rien interdit qu'Il n'ait interdit Lui-même". Ainsi agissaient les gens avant eux. N'incombe-t-il aux messagers sinon de transmettre le message en toute clarté? » (Sourate 16 verset 35 – traduction approximative)



Les idolâtres faisaient des lois avec Allah car ils inventaient des lois puis les attribuaient à Allah et prétendaient qu’elles venaient de Lui : « Nous n’avons rien interdit qu’Il n’ait interdit Lui-même ! »

Il ne se sont pas directement mis en rivalité avec Allah, mais au contraire ils l’ont fait indirectement par le biais du mensonge contre Lui : « Et ne dites pas, conformément aux mensonges proférés par vos langues: "Ceci est licite, et cela est illicite", pour forger le mensonge contre Allah. Certes, ceux qui forgent le mensonge contre Allah ne réussiront pas » (sourate 16 verset 116 – traduction approximative)

Ils ont donc légiféré indirectement en dehors d’Allah. Les idolâtres savaient très bien que le fait d’interdire en dehors d’Allah est une chose très grave, et que personne ne l’accepterait, c’est pour ça qu’ils attribuèrent leurs lois à Allah, ce pourquoi ils dirent : « et nous n'avons rien interdit qu'Il n'ait interdit Lui-même. »



  • Légiférer en dehors d’Allah

C’est le fait d’inventer une loi et de l’instaurer en disant : « Ceci n’est pas la loi d’Allah, c’est la loi d’untel ».

C’est ce que font les Tawâghît aujourd’hui, et c’est exactement le même genre de législation que celle de Pharaon, et ceci est une mécréance bien pire car ils attribuent cette loi à eux même et non à Allah, et ceci revient à dire « Allah a interdit cette chose, mais moi je dis que c’est permis » :

« Pharaon dit: "Je ne vous indique que ce que je considère bon. Je ne vous guide qu'au sentier de la droiture". °» (sourate 40 verset 29 – traduction approximative)



Al Qourtoubî dit dans l’interprétation de ce verset dans son Tafsir volume 15, page 310 :

مَا أُرِيكُمْ إِلَّا مَا أَرَى . قال عبدالرحمن بن زيد بن أسلم: ما أشير عليكم إلا ما أرى لنفسي.

« Je ne vous indique que ce que je considère bon. ‘Abderrahman Ibn Zayd Ibn Aslam a dit « [c’est à dire] Je ne vous indique que ce que je considère pour moi-même. »



Pharaon en effet n’appartenait à aucune religion, et donc n’attribuait pas sa loi à Allah, mais bien à lui-même d’où sa parole : « et dit: "C'est moi votre Seigneur, le très haut". » (sourate 79 verset 24 – traduction approximative) Et ceci est une mécréance bien pire que celle des juifs, des nazaréens et des idolâtres : les juifs et les nazaréens attribuent toutes leurs lois fausses à Allah, comme le faisaient les idolâtres à l’époque du prophète صلى الله عليه وسلم: ils prétendaient suivre la loi d’Ibrâhîm عليه السلام.



Ibn Taymiya a dit dans Majmoû‘ Al Fatâwâ volume 8 page 220 :

فَمَنْ كَانَ مِنْ الْمُطَاعِينَ مِنْ الْأُمَرَاءِ وَالْعُلَمَاءِ وَالْمَشَايِخِ مُتَّبِعًا لِلرَّسُولِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ أَمَرَ بِمَا أَمَرَ بِهِ وَدَعَا إلَيْهِ وَأَحَبَّ مَنْ دَعَا إلَى مِثْلِ مَا دَعَا إلَيْهِ ، فَإِنَّ اللَّهَ يُحِبُّ ذَلِكَ ، فَيُحِبُّ مَا يُحِبُّهُ اللَّهُ ؛ لِأَنَّ قَصْدَهُ عِبَادَةُ اللَّهِ وَحْدَهُ ؛ وَأَنْ يَكُونَ الدِّينُ لِلَّهِ ؛ وَمَنْ كَرِهَ أَنْ يَكُونَ لَهُ نَظِيرٌ يَدْعُو إلَى ذَلِكَ ؛ فَهَذَا يَطْلُبُ أَنْ يَكُونَ هُوَ الْمُطَاعَ الْمَعْبُودَ ؛ وَلَهُ نَصِيبٌ مِنْ حَالِ فِرْعَوْنَ وَأَشْبَاهِهِ ؛ فَمَنْ طَلَبَ أَنْ يُطَاعَ دُونَ اللَّهِ فَهَذَا حَالُ فِرْعَوْنَ ؛ وَمَنْ طَلَبَ أَنْ يُطَاعَ مَعَ اللَّهِ فَهَذَا يُرِيدُ مِنْ النَّاسِ أَنْ يَتَّخِذُوا مِنْ دُونِ اللَّهِ أَنْدَادًا يُحِبُّونَهُمْ كَحُبِّ اللَّهِ ؛ وَاَللَّهُ سُبْحَانَهُ أَمَرَ أَنْ لَا يُعْبَدَ إلَّا إيَّاهُ وَلَا يَكُونَ الدِّينُ إلَّا لَهُ

« Quiconque à qui on obéit parmi les dirigeants, les savants ou les Cheykh, en se conformant au prophète صلى الله عليه وسلم, ordonnant ce qu’il ordonna et y incitant les gens, et aimant celui qui incite à la même chose que lui : alors Allah aime cela : il aime ce qu’Allah aime car son objectif est d’adorer Allah uniquement, et que l’obéissance permanente soit pour Allah.
Quant à celui qui n’aime pas avoir un rival qui incite à cela : celui là demande à être le seul obéit et le seul adoré et il aura une part du cas de Pharaon et ses semblables. 
Celui qui demande à être obéit en dehors d’Allah, il est comme Pharaon, et celui qui demande à être obéit avec Allah : celui là veut que les gens prennent en dehors d’Allah des égaux qu’ils aiment comme ils aiment Allah, alors qu’Allah ordonna qu’on n’adore que Lui et que l’obéissance permanente ne soit que pour Lui. »



Certains prétendent que si Pharaon était mécréant, c’est parce qu’il prétendait être Allah.



La réponse à cela est :

Il n’y a aucun verset où Pharaon aurait déclaré être Allah ;

Pharaon prétendait être le seigneur le plus haut, et être la seule divinité connue, mais jamais il n’a dit « Je suis Allah ! », Sâlih Al Fawzân a dit dans son livre « I‘ânat al Moustafîd fî bi charhi kitâbi tawhid » volume 1 page 20 :

و "{اللَّهِ} الله" عَلَمٌ على الذات المقدّسة، وهو لا يُسمّى به غير الرّب سبحانه وتعالى، لا أحد تسمّى بهذا الاسم أبداً، حتى الجبابرة، حتى الطواغيت والكفرة، ما أحد منهم سمّى نفسه "{اللَّهِ}" أبداً، فرعون قال: {أَنَا رَبُّكُمُ الأَعْلَى} ما قال: أنا الله، مع كفره لم يجرؤ أن يسمّي نفسه هذا الاسم"{اللَّهِ}"، وإنما هذا خاص بالله سبحانه وتعالى.

« Allah est le nom de l’Être Sanctifié, et rien d’autre que le Seigneur n’est nommé ainsi, personne ne s’est jamais donné ce nom, même les tyrans, même les Tawâghît et les mécréants ; pas un seul d’entre eux ne s’est donné le nom « Allah ». Pharaon a dit « Je suis votre seigneur le plus haut » mais il n’a pas dit « Je suis Allah » malgré sa mécréance : il n’a jamais osé se donner le nom d’Allah. Ce nom est spécifique à Allah. »



Nous leur demandons : De quelle manière Pharaon voulait-il être pris pour seigneur et divinité ?

Voulait-il qu’on lui offre des sacrifices ? Qu’on implore son aide et son secours ? Qu’on l’invoque ? Qu’on lui fasse des prières ? Ou bien qu’on lui obéisse à lui et à personne d’autre ?



Nous leur demandons :

Si Pharaon aurait dit « Je ne suis pas votre seigneur, et le seul vrai seigneur est Allah, et Moûsâ est, je l’atteste, Son messager. Mais, voyez vous, si vous désobéissez à ma loi pour obéir à Allah et Son messager : je vous trancherai la main et le pied opposé, et je vous crucifierai sur des troncs de palmiers » aurait-il été musulman d’après vous ?

 

Date de dernière mise à jour : 13/06/2013