Les signes de validité de l'Islâm d'une personne

  • Nom du fichier : Les signes de validite de l islam d une personne
  • Taille : 140.22 Ko
yes /

Télécharger

 

بسم الله الرحمـن الرحيم


 

~ Les signes de validité de l'Islâm d'une personne ~

 


Sache - Allah te fasse miséricorde - une personne ne peut être considérée musulmane, qu’avec ce qui la différencie des idolâtres, et avec ce qui l’oppose à leur religion [et leurs fausses croyances]. Par conséquent, les pratiques des musulmans et des idolâtres, ne sont pas considérés comme des signes qui attestent la validité de l'Islam d'une personne. Cela est prouvé clairement dans la biographie du Prophète صلى الله عليه و سلم aussi longtemps que le témoignage - Il n'y a pas de divinité [digne d'adoration] sauf Allah, avec son sens (qui est d'adorer Allah seul, et le désaveu de l'idolâtrie)- soit un signe distinctif entre les musulmans et les idolâtres. Les Arabes à cette l'époque connaissaient ce qu’impliquait ce témoignage, parce que lorsque le Prophète 
صلى الله عليه و سلم leur a dit: "Il n'y a pas de divinité [digne d'adoration] sauf Allah ", ils dirent :

 

أَجَعَلَ الْآلِهَةَ إِلَهاً وَاحِداً إِنَّ هَذَا لَشَيْءٌ عُجَابٌ


« Réduira-t-il les divinités à un Seul Dieu? Voilà une chose vraiment étonnante›. »Surat 38 âyat 5 traduction approximative.

Il y avait encore parmi les Arabes les vestiges de la religion d'Ibrâhim عليه السلام il y avait encore le pèlerinage (al-Hajj), l'aumône (as-Sadaqa) et autres que cela. Cependant, le Prophète 
صلى الله عليه و سلم n’a pas considéré ces pratiques comme des signes de validité de l'Islam d'une personne à La Mecque, qui à cette époque était une demeure de mécréance (dar al- kufr), puisque les musulmans ne se distinguaient pas et ne se différenciaient pas des Qorayshites mécréants, et ils étaient tous unis [dans leurs pratiques].

Ainsi, le signe qui distingua le musulman [de l'idolâtre] fut la déclaration suivante: "Il n'y a pas de divinité [digne d'adoration] sauf Allah", au point où les mécréants nommèrent celui qui la prononçait "Sabi'' (c'est-à-dire : celui qui a déserté la religion de son peuple).

Concernant les gens du Livre, les textes montrent que ce n'était pas suffisant pour eux d’attester: « qu’il n'y a pas de divinité [digne d'adoration] sauf Allah » pour faire d’eux des musulmans, comme il est advenu pour les païens Qorayshites. Il est rapporté dans les deux principaux recueils des traditions authentiques (Al-sahihayn) d’après `Ubada Ibn al-Samit, lequel dit: le Prophète 
صلى الله عليه و سلم a dit: « Quiconque témoigne qu'il n'y d'autre divinité qu'Allah, l'Unique qui n'a point d'associés; que Muhammad est son adorateur et son Envoyé; que Jésus ('Isa) est l'adorateur d'Allah, fils de son adoratrice (marie), sa parole qu'Il envoya à Marie et son esprit; et que le paradis est vrai et que l'enfer est vrai, Allah le fera entrer au paradis, quelle que soit les actes qu'il ait commis. »


Le motif de cela est que les gens du Livre attestèrent qu’il n'y a pas de divinité en dehors Allah, mais ils n’admirent pas que: « ‘Isa est son serviteur et son Messager » donc ce n’était pas suffisant pour eux d'admettre qu’il n'y a pas de divinité sauf Allah» jusqu'à ce qu'ils reconnaissent que : « ’Isa est son serviteur et son Messager » et que « Muhammed est un messager envoyé à toute l'humanité. » Cela est ce qui les distingua et les différencia des gens du Livre.


Dans ces deux preuves, il y a des indications utiles:


I - Que les signes de validité de l'Islam d’une personne peuvent varier et différer d'un peuple à l'autre, comme varient et diffèrent leurs croyances et idéologies.

II - Que l’infidèle ne peut pas être considéré comme musulman jusqu'à ce qu'il se désavoue de ses croyances antérieures et les désavoue. Par conséquent, celui qui nie le message de l'Islam, ne peut pas être considéré comme un musulman jusqu'à ce qu'il l'accepte ; et il ne suffit pas de dire: «Il n'y a pas de divinité [digne d'adoration] sauf Allah », ou qu’il manifeste ou affiche des symboles de l'Islam etc.

Ceci est un principe juridique très important, dont la preuve se trouve dans le noble Qur'an, dans la tradition Prophétique purifiée, et dans la biographie des compagnons.

Al-Kashmira a dit dans son livre « al-Ikfâr Mulḥidîn»: « Celui qui a mécru pour avoir rejeté une injonction connue par nécessité comme par exemple : la prohibition de l'alcool, il est obligé de désavouer et de se dissocier de sa croyance précédente, puisqu'il a accepté les deux témoignages. Cela est évident, comme c’est affirmé par des Chafi ‘ites (Radd al-Muhtar) et (al-Jami` Fuṣûlîn) ... »

III – La prononciation qu’il n'y a pas de divinité [digne d'adoration] sauf Allah» dans la façon penser et de raisonner des mécréants Quraychites signifiait le désaveu de l'association, et l’unification d’Allah dans le culte ; et c'est pour cette raison que le Prophète
صلى الله عليه و سلم jugeait quiconque [d’entre eux] attestaient ce [témoignage] de l'islam.

Quant à aujourd'hui, les gens disent: «Il n'y a pas de divinité [digne d'adoration] sauf Allah », mais dans leur façon de penser et de raisonner, cela ne signifie pas: « le désaveu de l'idolâtrie, et unifié d'Allah dans l'adoration », puisqu'ils ont pour croyance qu’on peut juger par autre que ce qu'Allah a révélé, ils s’allient aux mécréants, ils ont recourt à l'arbitrage des lois humaines, et autres. Ensuite, ils disent qu’Il n'y a pas de divinité [digne d'adoration] sauf Allah» par [simple] coutume.

La réalité de ces gens n’est pas du tout comme la réalité des mécréants Quraychites ; il faut prendre cela en considération, et jetez un regard sur la réalité des textes juridiques, sans jamais faire abstraction du contexte. "



Le statut des gens à notre époque



Maintenant, nous allons passer à la réalité des gens de notre époque. Nous disons : la base concernant les gens est l’idolâtrie jusqu’à preuve du contraire. Donc, les gens sont des associateurs et cela pour plusieurs raisons, parmi elles :


- Leur soumission et leur obéissance au jugement du tâghoût.

- Le détournement de l’apprentissage du monothéisme

- Leur ignorance de la base de l’Islam

- La propagation de la mécréance au sein des gens et surtout le chirk du tahâkoum ila tâghoût (recourir au jugement du tâghoût)


‘Abdel-Haqq Ibn Hassan al Mahmoûd «Rissalat hukm fi al-Yawm wal-NAS-Qara'in al-Mu` Tabarat fi al-Islam al-`ala Dalalat Mar'e» de `Abd al-Haqq Al Hasan Mahmud Sha` 1430 E. Ban (P. 6-10).

 

Date de dernière mise à jour : 30/04/2016