Le statut des communautés actuelles

  • Nom du fichier : Le statut des communautes actuelles
  • Taille : 184.02 Ko
yes /

Télécharger

بسم الله الرحمـن الرحيم

 

 

~ Le statut des communautés actuelles est la mécréance d’origine et non l’apostasie ~

 

Mohammad Ibn Isma‘il Ibn Salih Ibn Mohammad ibn ‘Ali, Al-Kahlani
(1099-1182 de l’hégire)

 

 

Louange à Allah, que la bénédiction et la paix d’Allah soient sur notre Prophète Mohammad, sa famille, ses compagnons et quiconque suit sa guidée.

Après l’amour d’Allah le Très-Haut et de Son messager, il est nécessaire d’aimer les élus d’Allah et de considérer Ses ennemis comme des adversaires à part entière.


 


 

Cheikh As-San‘ani[1] dit :

يقول الإمام الصنعاني في كتابه تطهير الاعتقاد من ادران الشرك و الالحاد :

  - « لكن هذا جهل منهم بمعنى الشرك، فإن تعظيمهم الأولياء ونحرهم النحائر لهم شرك والله تعالى يقول {فَصَلِّ لِرَبِّكَ وَانْحَرْ} (الكوثر:2) أي: لا لغيره، كما يفيده تقديم الظرف. ويقول الله تعالى: {وَأَنَّ الْمَسَاجِدَ لِلَّهِ فَلا تَدْعُو مَعَ اللَّهِ أَحَداً} (الجـن:18)  وقد عرفت بما قدمناه قريبا أنه صلى الله عليه وسلم قد سمى الرياء شركا، فكيف بما ذكرناه؟!

فهذه الذي يفعلونه لأوليائهم هو عين ما فعله المشركون وصاروا به مشركين، ولا ينفعهم قولهم: نحن لا نشرك بالله شيئا، لأن فعلهم أكذبَ قولهم .

   فإن قلتَ: هم جاهلون أنهم مشركون بما يفعلونه. قلتُ: قد صرح الفقهاء في كتب الفقه في باب الردة أن من تكلم بكلمة الكفر يكفر، وإن لم يقصد معناها*، وهذا دال على أنهم لم يعرفوا حقيقة الإسلام ولا ماهية التوحيد، فصاروا حينئذ كفارا كفرا أصليا. فالله تعالى فرض على عباده إفراده بالعبادة  (أن لا تعبدوا إلا الله) وإخلاصها له {وَمَا أُمِرُوا إِلَّا لِيَعْبُدُوا اللَّهَ مُخْلِصِينَ لَهُ الدِّينَ} (البينة: من الآية5) ومن نادى الله ليلا ونهارا وسرا وجهارا وخوفا وطمعا ثم نادى معه غيره فقد أشرك في العبادة. فإن الدعاء من العبادة، وقد سماه الله تعالى عبادة في قوله تعالى {إِنَّ الَّذِينَ يَسْتَكْبِرُونَ عَنْ عِبَادَتِي سَيَدْخُلُونَ جَهَنَّمَ دَاخِرِينَ} (غافر: من الآية60) بعد قوله {ادْعُونِي أَسْتَجِبْ لَكُمْ} (غافر: من الآية60). أهـ


 

« Mais cela est une ignorance pour eux, du sens de l’association. Parce que glorifier les saints walî, (pluriel : awliyâ’) et de leur faire offrande de sacrifices, est de l’associationnisme. Allah le Très-Haut dit :

فَصَلِّ لِرَبِّكَ وَانْحَرْ

« Accomplis la Salat pour ton Seigneur et sacrifie »
(Sourate 108 verset 2 traduction approximative)

ce qui veut sous-entendre : « pas à autre que Lui », ainsi que l’exprime le complément. Allah le Très-Haut dit aussi :

وَأَنَّ الْمَسَاجِدَ لِلَّهِ فَلا تَدْعُو مَعَ اللَّهِ أَحَداً

« Les mosquées sont consacrées à Allah : n’invoquez donc personne avec Allah. »
(Sourate 72, verset 18 traduction approximative).

On sait déjà, d’après ce que nous avons exposé précédemment, que le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) qualifiait l’hypocrisie de polythéisme. Qu’en serait-il alors de ce que nous avons mentionné ! Ainsi, ce qu’ils accomplissent pour leurs saints est de source identique à ce qu’accomplissaient les associateurs (Qoraish) et c’est cela qui les a fait tomber dans le polythéisme. Ce qu’ils disent – « Nous n’associons rien à Allah » ne leur est d’aucun bénéfice, car leurs actes ont démenti leurs paroles. Si on nous disait : « Ils sont ignorants du fait que eux même  sont polythéistes à cause de leur acte », nous répondrions : « Les savants juristes ont explicité dans les livres de droit (fiqh), sur le thème de l’apostasie (ridda), que celui qui prononce des paroles de mécréance se conduit en mécréant, quand bien même il ne le pense pas vraiment. »  

C’est là une preuve qu’ils ne connaissaient pas ce qu’est réellement l’Islam, ni la nature du dogme de l’unicité d’Allah (tawhîd), ce qui explique qu’ils étaient en ce temps là des mécréants de mécréance d’origine. En effet, Allah le Très-Haut a imposé à Ses serviteurs qu’ils Lui consacrent à Lui exclusivement leur adoration

أن لا تعبدوا إلا الله

« afin que vous n’adoriez qu’Allah. […] »
(Sourate 11, verset 26 traduction approximative)

et leur dévotion :

وَمَا أُمِرُوا إِلَّا لِيَعْبُدُوا اللَّهَ مُخْلِصِينَ لَهُ الدِّينَ

« Il ne leur a été commandé, cependant, que d’adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif »
(Sourate 98, verset 5 traduction approximative).

Celui qui invoque Allah de nuit comme de jour, en secret et publiquement, dans la crainte et le désir, puis qui ensuite se met à invoquer autre que Lui, a associé dans son adoration, car l’invocation (do‘a) fait partie de l’adoration. Allah le Très-Haut  l’a d’ailleurs qualifiée d’adoration lorsqu’Il dit :

إِنَّ الَّذِينَ يَسْتَكْبِرُونَ عَنْ عِبَادَتِي سَيَدْخُلُونَ جَهَنَّمَ دَاخِرِينَ

« […] Ceux qui, par orgueil, se refusent à M’adorer entreront bientôt dans l’Enfer, humiliés »
(Sourate 40, verset 60 traduction approximative)

après qu’Il ait dit :

ادْعُونِي أَسْتَجِبْ لَكُمْ

« […] Appelez-Moi, Je vous répondrai. […] »
(Sourate 40, verset 60 traduction approximative) » (fin de citation)

[Source : Dans son livre "la purification de la croyance des souillures de l’associationnisme et de l’athéisme (Tathir al i‘tiqad min adran ach-chirk wa al-ilhad)" ‘Aquidat al-mouwahidin page 131.]


 

 

L’imam As-San‘ani nous expose, qu’il y a 200 ans, son peuple (du Yémen) était polythéiste d’origine. C’est à dire qu’ils ne sont jamais entrés dans l’Islam malgré que leurs actes soient similaires à ce que pratiquent les musulmans. « Ils ne connaissaient pas ce qu’est réellement Islam, ni la nature du dogme de l’unicité d’Allah (tawhîd) ».

 

Qu’en est-il de nos communautés actuelles ?! Nous pouvons constater auprès de ceux qui prétendent à la da‘wa du monothéisme pur, qu’ils qualifient leur peuple d’apostat[2] ainsi que les gouverneurs qui sont à leurs têtes. Ceci est une preuve qu’ils ne connaissent pas ce qu’est le chirk (polythéisme). Par conséquent ils portent un faux jugement sur une communauté polythéiste d’origine.

 

Les doués d’intelligence pourront facilement se rendre compte in châ' Allah, en méditant sur notre situation, que la mécréance caractérise ces communautés. Les gens ne se désavouent pas du taghout, car ils sont complètement ignorants de la signification d’une fausse idole, comme nous l’étions nous même auparavant. Bien que nous ayons grandi au sein de familles aux patrimoines culturels qui partagent certaines pratiques avec les musulmans, nous n’avions jamais appris à mécroire au taghout, ce mot était même complètement étranger à notre vocabulaire, et ceci parce que le vrai dogme est inconnu.

 

C’est pour cela que les populations s’adonnent aux actes impies, comme le fait de demander le jugement dans les tribunaux, d’adhérer à d’autres législations, d’invoquer les tombeaux... etc, et cela de façon naturelle car se sont des actes coutumiers que personne parmi eux ne condamne ni ne reconnaît comme étant contraire à l’Islam.

 

La cause principale qui a abouti à faire méconnaître le tawhîd, est le travail diabolique qu’ont fourni les savants des pays arabes. En effet pour soutenir les sultans contemporains, ils ont élaboré de viles ambiguïtés qu’ils ont enseignées dans leurs prêches et leurs livres. Nous pouvons constater les dégâts qu’ils ont causés chez certaines mouvances comme chez les pseudo-salafis, qui défendent le polythéisme au point qu’ils ont fini par considérer ces législateurs démocrates comme des khalifa islamiques!

 

Et ceci n’est qu’un exemple parmi tant d'autres, certes la voie lumineuse est unique et les voies ténébreuses sont multiples. Les peuples actuels sont sur les voies du paganisme et du nationalisme depuis des siècles, et ils n’ont fait que transmettre leurs rites à leurs descendances.

C’est pour cette raison que le cheikh As-San‘ani a qualifié son peuple de mécréant d’origine à l’instar des Qoraish polythéistes de la période préislamique, dont l’ignorance était telle qu’ils ne sont jamais entré en Islam.

 

Prenez garde! Et levez le voile de vos cœurs! Comment pouvez-vous considérer ces gouverneurs d’apostats ?! En effet, cela sous-entend clairement qu’avant que les tawaghit prennent leurs postes de législateurs ils étaient sur la religion de l’Islam. Cela sous-entend aussi que ces populations citoyennes, attachées à leurs drapeaux, et leur lois forgées ont un jour désavoué les tawaghits. De tels propos sont une mécréance manifeste.

 

Afin d’éclaircir encore plus ce que nous venons de dire, prenons l’exemple de Mohammed 6 le roi du Maroc : Il est dit à son sujet que le roi du Maroc, serait devenu apostat à partir du moment où il a succédé à son père, au poste de roi. Par conséquent cela implique qu’avant de tenir son rôle actuel, Mohammed 6 était un musulman qui appliquait le fondement de l’Islam en désavouant le taghout et en unifiant Allah -‘azza wa jal- dans Sa Seigneurie, Son Culte, Ses Parfaits Noms et Attributs.

 

Cette conclusion est indubitablement erronée. En effet dans l’histoire de cette monarchie, les souverains se sont toujours appropriés la souveraineté absolue (autocratie). Et aucun d’entre eux n’a désavoué ce système impie.

 

Mohammed 6 a toujours suivi la religion de ses ancêtres (la mécréance), il est connu de sa part qu’il n’a jamais désavoué son père Hassan 2, qui avant lui s’était attribué un droit qui ne revient qu’à Allah Seul. Hassan 2 lui-même ne s’était pas opposé au gouvernement de son père Mohammed 5 Youssef al-Alaoui, et c’est ainsi depuis des siècles…

 

Ces dirigeants ne sont pas des apostats (mourtadine), leur statut est le même que celui des autres chefs d’Etats d’Europe, d’Asie, d’Océanie, d’Afrique ou d’Amérique. Ils ont reçu par héritage les valeurs de la démocratie, de la royauté, de la dictature et d’autres législations qui sont rejetées par la Chari‘a Pure et Glorieuse. Ils se soutiennent, s’aiment, s’unissent, au nom des lois des hommes et leurs peuples leurs sont fidèles et dévoués.

 

La prétention d’être musulman n’est pas une preuve pour attester de l’Islam d’une personne!

Par conséquent, celui qui affirme que des groupes tels que les pseudo-salafis, ceux qui se font appeler : "ikhwan muslimin", les soufis, les chiites, leurs savants et leurs dirigeants, ont apostasié de l’Islam, il se doit de nous avancer sa preuve...

 

Ibn al-Qayyim a dit :

 

الطبقة السابعة عشرة: طبقة المقلدين وجهال الكفر وأتباعهم وحميرهم الذين هم معهم تبع يقولون إنا وجدنا آباءنا على أمة ولنا أسوة بهم ومع هذا فهم مسالمون لأهل الإسلام غير محاربين لهم كنساء المحاربين وخدمهم وأتباعهم الذين لم ينصبوا أنفسهم لما نصب له أولئك أنفسهم من السعي في إطفاء نور الله وهدم دينه وإخماد كلماته بل هم بمنزلة الدواب وقد اتفقت الأمة على أن هذه الطبقة كفار وإن كانوا جهالاً مقلدين لرؤسائهم وأئمتهم

 

« Les ignorants mécréants, leurs suiveurs et leurs ânes qui sont avec eux, qui les suivent et disent : « Nous avons trouvé nos parents sur ce modèle et nous les imitons » et qui cependant, sont en paix avec les Musulmans et ne les combattent pas, comme les épouses et les serviteurs des combattants qui n’étaient pas mêlés à ce que ceux-là perpétrèrent en cherchant à éteindre la lumière d’Allah, à détruire Sa religion et à étouffer Sa parole, sont malgré cela comme des bestiaux. Et la communauté est entièrement d’accord pour dire que cette catégorie de gens sont mécréants, même s’ils sont ignorants et suivent aveuglément leurs chefs et leurs imams … »

[source : Tariq al-Hidjratayn, la 17ème catégorie]

 

En résumé celui qui croit qu’un jour son peuple fut monothéiste, il se doit de croire aussi au monothéisme des tribus Qoraish, cela parce que nos peuples sont aussi ignorants qu’ils l’ont été, et même pire.

 

wa Allahou a‘lam.



 

 

[1] Biographie : Il est Mohammad Ibn Isma‘il Ibn Salih Ibn Mohammad ibn ‘Ali, Al-Kahlani. Il était l’émir de San‘a , d’où l’origine du surnom « As-San‘ani » qui est la capitale du Yémen. Il est né à Kahlani au Yémen [1099-1182 de l’hégire, 1777-1850 ap. J.C.] Il est un descendant de Hassan Ibn ‘Ali Ibn Abi Talib (Allah les agrées). Il a écrit de nombreux ouvrages bénéfiques dont : "Souboul As-Salam" l’explication (charh) de "Boulough al-Maram" d’Ibn Hajar al-‘Asqalani et Tawdhih al-Afkar.

[2] Un apostat est une personne qui après avoir été musulmane a abjuré de sa religion, en commettant un acte annulatif de l'islam. Le prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam)   a dit: « celui qui quitte sa religion, tuez le ! ». [Boukhari  6411]


Il s'agit d'un article retranscrit mais édité.

Date de dernière mise à jour : 30/04/2016