Les Classes de Mécréance

بسم الله الرحمـن الرحيم

~ Les Classes de Mécréance ~

Extrait des 11 introductions à la serie de recueils "L'Heritage des Prophètes"

 

Le premier degré est le plus grave des degrés, c’est de se donner un statut équivalent à celui d’Allah. Et cela rend une personne taghout.

 

Le second degré c’est l’associateur : il est celui qui adore Allah et autre avec Lui.

 

Le troisième degré c’est le mécréant qui mécroit en rejetant un texte authentique nécessairement connu chez les Musulmans.

 

Le quatrième degré c’est la personne qui n’applique rien de l’Islam ; ni obligation ni recommandation. Et ceci est de la mécréance.

 

Lorsque l’on connaît ces différents degrés de mécréance on remarque que le premier et deuxième degré n’étaient pas visés par les savants quand ils parlaient de l’excuse  par la mauvaise interprétation ou l’ignorance.

Et lorsque les Savants parlent d’excuse dans la mécréance, cela vise les gens qui rejettent ce qui est nécessairement  connu en Islam, soit parce qu’ils ont rejeté ce qui ne leurs étaient pas parvenus, ou qu’ils ont considéré authentique ce qui est faible en vérité. Et lorsque tout cela amène à une mauvaise interprétation, il est possible de parler d’excuse, tout en prenant en compte l’état de la personne, son degré de savoir, son environnement (présence ou disponibilité de la science ou pas).

 

Dans ces cas-ci, même si la personne est dans la mécréance, il est toujours possible de lui trouver une excuse contrairement à celui qui peut obtenir le savoir. Et ainsi nous pouvons comprendre les paroles des Savants qui disent, qu’une personne devient mécréante qu’après l’exposition de la preuve.

Et cela n’est pas le cas pour les premier et deuxième degrés cités auparavant.

En résumé, quiconque prend une divinité avec Allah, ne peut être Musulman, même s’il prétend qu’il est ignorant ou qu’il ait fait une mauvaise interprétation, car Al-tawhid est une certitude et non pas un doute ou une ignorance.

Celui qui atteste “La ilaha illa Allah” se doit d’en connaître la signification, car généralement la mauvaise interprétation est le résultat de l’ignorance.

Donc si l’ignorance n’est pas une excuse, la mauvaise interprétation ne peut pas l’être non plus