La prière du Prophète

بسم الله الرحمـن الرحيم

 

logo.jpg

 

~La prière du Prophète صلى الله عليه و سلم~

 



 L'intention

La niya c'est que l'on ait l'intention d'adorer Allah par l'intermédiaire de la prière et elle fait partie des actes du coeur. Et il ne nous a pas été apporté aucun 7adith du Prophète صلى الله عليه و سلم ou de la part de l'un de ses compagnons, mentionnant qu'on doit prononcer un texte qui atteste l'intention de faire telle prière au commencement de celle-ci.

 Takbir al Ihram :


Quand le Prophète صلى الله عليه و سلم se levait afin de prier il se mettait en direction de la Mecque et il disait Allahu Akbar.
Et en même temps qu'il prononcer cela il levait les avants-bras avec les mains tendues et avec les paumes des mains en face de la Qibla au niveau des oreilles ou des épaules, puis il mettait la main et le poignet droit sur la main et le poignet gauche, sur le bas de la poitrine ; ou bien, il tenait son poignet gauche avec sa main droite.



 La lecture de l'invocation pour l'ouverture de la prière :


Parmi les invocations d'ouverture : Allahoumma ba3id bayni wa bayna khatayaya kama ba3adta bayna el machreq wa el maghreb.
Allahoumma naqini min khatayaya kama yunaqqa athawbu el abyad min ed-danas. Allahoumma aghssilni min khatayaya bi el ma² wa eth-thêlj wa el barad.



 Ce que disait le prophète صلى الله عليه و سلم après l'ouverture :


Il disait : Aعudhubillahi-mina ash-shaytâni er-radjim


 La lecture de sourate Al-Fati7ah :


Le Prophète صلى الله عليه و سلم lisait sourate Al-Fati7ah, et parfois il disait Bismillah er-Ra7man er-Ra7im à haute voix et parfois à voix basse; et il le disait plus a voix
basse qu'à voix haute.

Et quand il finissait de réciter sourate Al-Fati7ah, il disait Amine. Et s'il récitait le Coran à haute voix (pour les prières du Sub7, Maghreb et عishâ) il disait Amine a voix haute ; tandis que si il récitait le Coran a voix basse (pour les prières du Dhuhr et du عAsr) il disait Amine à voix basse.

Le Prophète صلى الله عليه و سلم se taisait quelques secondes après la lecture de sourate Al-Fati7ah.






1.1 Bismi Allāhi Ar-Raĥmāni Ar-Raĥīmi
1.2 Al-Ĥamdu Lillāhi Rabbi Al-`Ālamīna
1.3 Ar-Raĥmāni Ar-Raĥīmi
1.4 Māliki Yawmi Ad-Dīni
1.5 'Īyāka Na`budu Wa 'Īyāka Nasta`īnu
1.6 Ihdinā Aş-Şirāţa Al-Mustaqīma
1.7 Şirāţa Al-Ladhīna 'An`amta `Alayhim Ghayri Al-Maghđūbi `Alayhim Wa Lā Ađ-Đāllīna


Quand il finissait de lire Sourate al-Fati7ah, il récitait une autre Sourate :

Pour les deux cycles de la prière du Sub7, les deux premiers cycles de la prière du Dhuhr, les deux premiers cycles de la prière du عAsr, les deux premiers cycles de la prière du Maghreb, et les deux premiers cycles de la prière du عIshâ.


Cette deuxième sourate étaient allongée pendant le Sub7 ; diminuée pendant le Maghreb ; et durant les autres prières c'était une lecture moyenne.

Quand il finissait la récitation de cette seconde sourate, il se taisait afin de reprendre son souffle (avant l'inclinaison).


 L'inclinaison :

Puis il disait Allahu Akbar en levant ses avants-bras au niveau de ses oreilles ou de ses epaules, puis il s'inclinait.
Il mettait ses mains sur ses genoux comme si il tenait ses rotules avec ses doigts ouverts. Et il éloignait ses bras de ses côtes, et il avait le dos bien droit avec la tête dans la même direction et au même niveau, ni trop baissée ni trop levée.

Pendant l'inclinaison il disait Sub7ana Rabi al-عadhim.

Puis il se relevait de l'inclinaison en levant les avants-bras et en disant Samiعa Allahu
liman 7amida.


Et une foi debout, il disait Rabbana wa laka el-7amd mil²u as-samawat wa mil²u el-ardh wa mil²u ma baynahuma wa mil²u ma chi²ta min cha²in min ba3d.


 La prosternation :


Puis, d'après boukhary, il disait Allahu Akbar et il se prosternait sans lever les avants-bras.

Et il posait ses genoux sur le sol avant ses mains (Abou Dawud, Tirmidhi, Ibn Maja)

Puis il posait son front et son nez, en ayant les bras éloigné de ses côtes. Il ne posait pas ses avants-bras sur le sol lors des prosternations (boukhary).

Il posait ses mains sur le sol parfois au niveau des oreilles, et parfois au niveau des épaules (Abou Dawud, Tirmidhi, An-Nisay).
Il était prosterné de manière droite, et il mettait ses orteils en direction de la Mecque pendant la prosternation (Boukhary).

Pendant la prosternation, il mettait ses mains au sol, elles n'étaient ni renfermées en poing, ni avec les doigts écartés, mais avec les doigts collés les uns aux autres. Et il disait Sub7ana Rabi al aعla. (Mouslim)


 La position assise entre les deux prosternations:


Entre les deux prosternations, il mettait ses mains sur ses cuisses et il disait Rabi Ghfirli. Et il allongeait le temps pendant qu'il était assis entre les deux prosternations.

Il se prosternait ensuite de la même manière que la premiere prosternantion.



Puis il se levait de sa seconde prosternation afin de s'asseoir jusqu'à ce qu'il se stabilise (Boukhary et Tirmidhi).

Ensuite, il se relevait en s'appuyant sur ses pieds et sur ses genoux en se propulsant avec ses cuisses et si cela était difficile pour lui alors, parfois il s'aidait de ses mains. (Boukhary)

Et quand il se levait pour la deuxième unité (le deuxieme cycle), il la faisait comme la première sauf qu'il ne disait pas Takbir al ihram mais Takbir el Qiham.

Il disait Allahu Akbar pour se relever.

Il ne répétait pas non plus l'invocation d'ouverture, ni la demande de refuge auprès d'Allah contre le diable.

Cette deuxième unité est toujours plus courte que la première.


 Le tachahud :


Quand il s'assoit à la fin de la deuxième prosternation (de cette deuxieme unité), il mettait sa main droite sur sa cuisse droite et sa main gauche sur sa cuisse gauche.
Et il témoignait de l'unicité d'Allah avec son index pointé en direction de la Mecque.

Il disait : At-Ta7iyatu lillah, az-zakiyatu, at-tayibatu wa as-salawatu lillah. As-salaamu 3ala an-nabiyu wa ra7matullahi wa barakaatuh. Assalaamu 3alayna wa 3ala 3ibadi-llahi sali7in. ash-hadu an lâ ilâha illa allah wa ash-hadu anna Mu7ammadan 3abduhu wa rasuluhu.

Puis il se relevait en s'appuyant sur ses pieds et sur ses genoux en se propulsant avec ses cuisses et il levait ses avants-bras au niveau des épaules : Allahu akbar

Puis il commencer la troisième unité, de la même manière que la première, sauf qu'il ne récitait pas une seconde sourate après la Fati7ah.

Et accomplissait de la même manière la quatrième unité, a laquelle il ajoutait après le tashahud final : Allahumma salli 3alâ Mu7ammadin wa 3alâ âli Mu7ammadin kamâ sallayta 3alâ Ibrâhim wa 3alâ âli Ibrâhim. Innaka 7amîdun, madjid. Allahumma baarik 3alâ Mu7ammadin wa 3alâ âli Mu7ammadin kamâ baarakta 3alâ Ibrâhim wa 3alâ âli Ibrahim. Innaka 7amdidun madjid

Et quand il finissait le tashahud, il faisait une invocation Allahumma inni a3udhu bika min 3adhâbi-l-qabri, wa min 3adhâbi jahannama, wa min fitnati-l-ma7yâ wa-l-mamâti, wa min sharri fitnati-l-masî7i d-dajjâl

Puis il saluait a droite : Assalaamu 3alaykum (wa ra7matullahi wa barakaatuh)

Et enfin a gauche : Assalaamu 3alaykum (wa ra7matullahi wa barakaatuh).








D'après le Livre : زاد المعاد في هدي خير العباد
zed el me3ed fi hedy kheir el 3ibed

D'ibnul Qayyim




Pour la prière du Sub7, seules les descriptions de la premiere et quatrième (dernière) unités sont accomplies.


Pour les prières de Dhuhr, 3Asr et 3Ishâ, les 4 unité sont accomplies.
Pour la prière du Maghreb, les premieres, deuxiémes et quatrièmes description d'unité sont accomplies.