Définition, Signification, Avantages et Qui doit jeûner ?

بسم الله الرحمـن الرحيم

 

~ Définition ; Signification ;
Avantages du jeûne de Ramadhân ;
et Qui doit accomplir le jeûne ou non ?
~


DEFINITION

L’obligation de jeûner pendant le Ramadhan est le quatrième pilier de l’islam. Ce devoir religieux a été prescrit la deuxième nuit du mois de Sha3ban, en l’an 2 de l’hégire.
Avant la prescription du jeûne de Ramadhan, le Prophète salla Allahu 3alayhi wa salâm jeunait le jour de 3Ashoura et ordonnait aux musulmans de faire pareil. Il jeûnait trois jours par mois. Cela dura de son arrivée à Médine jusqu’à la prescription du jeûne de Ramadhan, c’est-à-dire durant 17 mois, selon Mu3adh Ibn Jabal.

barre.gif

SIGNIFICATION

Le verbe arabe sâma, duquel dérive le mot siyyâm, signifie s’abstenir complètement de manger, de boire, voire de parler ou de faire quelque chose.
Comme devoir religieux, le siyyâm veut dire le jeûne complet de l’aube au coucher du soleil. La personne en état de jeûne ne peut ni manger, ni boire, ni avoir de rapports sexuels avec son conjoint. Ce devoir religieux incombe à la personne musulmane pubère et douée de raison. Si c’est une femme elle ne doit avoir ni règles, ni couches.

barre.gif

AVANTAGES DU JEUNE DU MOIS DE RAMADHAN :


Les avantages du jeûne du mois de Ramadhan sont nombreux.
Parmi les jeûnes, il y a le jeûne obligatoire, comme celui de Ramadhan ; le jeûne recommandé, comme le jeûne des trois jours mensuellement ; et le jeûne expiatoire qui sert a expier les fautes ou péchés.


Textes parlant des avantages du jeûne en général :

Abu Hurayra (Allah l’agrée) rapporte la parole suivant du Prophète salla Allahu ‘alayhi wa salaam :
« Allah Le Tout Puissant a dit : ‘Tout ce que fait l’homme est pour lui, sauf le jeûne. Il le fait pour Moi, et Je donne bonne récompense pour cette dévotion. Sachez que l’état de jeûne est un état de sacralité. Quand vous jeûnez ne commettez aucun acte mauvais, évitez d’être en colère ou de proférer des paroles injurieuses. Si l’on vous insulte ou l’on vous cherche querelles dites : Je jeûne, je jeûne !’. Par le Nom de Celui qui tient en Sa main la vie de Muhammad, l’odeur de la bouche d’une personne qui jeûne connaît deux joies, celle de rompre son jeûne et celle de recevoir une récompense pour son jeûne le Jour du Jugement. »* (Bukhary et Muslim)

Dans la version de boukhary, il ajoute la phrase suivante :
« Le jeûneur se prive de sa nourriture et de sa boisson et de ses désirs pour Moi, il jeûne pour Moi et Je rétribue le bon acte par dis fois sa valeur en bien »*


Sahl ibn Sa3ad rapporte la parole suivante du Propète salla Allahu 3alayhi wa salam :
« Au Paradis, il y a une porte dite Ar-Rayyân [la porte de celui qui a bu à sa soif], par elle entrent les personnes qui avaient jeûné, le Jour du Jugement, et personne d’autre. Après leur passage elle est fermée. »* (Muslim, Bukhary et An-Nasâ²i)

Abu Hurayra (Allah l’agrée) rapporte la parole suivante du Prophète salla Allahu 3alayhi wa salam :
« Soyez des conquérants, vous aurez du butin. Jeûnez et vous aurez une bonne santé. Voyagez, vous ferez fortune. »*
(At-Tabarânî)

3Abdullah Ibn 3Umar rapporte que le Prophète salla Allahu ‘alayhi wa salam disait :
« Le jeûne et le Coran intercède en faveur de hommes le Jour du Jugement. Le jeûne dit : Seigneur ! Je l’ai privée de nourriture et de désir charnel, permet moi d’intercéder en sa faveur. Le Coran dit : Seigneur ! Je l’ai empêché de dormir la nuit, permet moi d’intercéder en sa faveur. Et Il leur permet l’intercession.»*
(Ahmed et At-Tabarânî)

Hudhayfa disait : « Alors que je soutenais le Prophète salla Allahu ‘alayhi wa salam qui reposait sur ma poitrine, ce dernier me dit : Celui qui dit La ilaha illa Allah, au terme de sa vie entrera au Paradis. Celui qui jeûnera un seul jour pour l’amour d’Allah au terme de sa vie, entrera au Paradis. Celui qui fait une aumône pour l’amour d’Allah au terme de sa vie entrera au Paradis. »* (Ahmed)

Abu Sa3id rapporte la parole suivant du Prophète salla Allahu 3alayhi wa salam :
« Toute personne qui jeûne qu’un jour pour l’amour d’Allah, Allah éloigne sa face du Feu durant 70 automnes. »*
(Muslim, Bukhary, At-Tirmidhî et An-Nasâ²î)


Les Textes et le jeûne du mois de Ramadhan :

Allah a dit :

« Ô vous qui croyiez ! Le jeûne vous a été prescrit comme il a été prescrit à des peuples avant vous, peut être deviendriez-vous pieux ? »* 2.183

« Le mois de Ramadhan au cour duquel le Coran a été révélé pour guider les hommes et leur donner des preuves et du discernement… »* 2.185

Abu Hurayra (Allah l’agrée) rapporte que le Prophète salla Allahu 3alayhi wa salam a dit :
« Celui qui prie tout au long de la nuit du Destin, parce qu’il croit en Allah et qu’il veut que cela soit comptabilisé dans ses bons actes, ses péchés seront pardonnés »* (Bukhary, Muslim, Abu Dâwud, An-Nisâ²î)

« Dès que le mois de Ramadhan arrive, les portes du Paradis s’ouvrent et les portes de l’Enfer se ferment et les diables sont enchaînés. »* (Bukhary et Muslim)

« Il y a trois personnes dont la prière n’est jamais refusée par Allah : la personne qui jeûne, l’imam qui est juste, la personne qui subit une injustice, dont la prière est élevée au dessus des nuages et devant laquelle les portes des Cieux s’ouvrent. Allah Tout Puissant répond à la personne opprimée : Par ma gloire ! Je te rendrais justice, même à long terme. »* (Ahmed, Ibn Khuzayma et Ibn Hibban ; réputé bon)



L’interdiction de manger et de boire :

Ibn 3Abbâs (Allah l’agrée) rapporte la parole suivant du Prophète salla Allahu ‘alayhi wa salam :
« L’islam repose sur trois fondations, qui sont les bases de la religion.
Celui qui délaisse une de ces bases est un mécréant : témoigner de l’unicité
d’Allah, faire les prières prescrites et jeûner le mois de Ramadhan. »*


Ce hadith a été rapporté par Abu Ya3la Ad-Daylamî et authentifié par Adh-Dhahabî, qui ajoute que celui qui ne respecte pas le jeûne de Ramadhan est pire que celui qui commet la fornication ou qui s’enivre de vin. Sa foi fait l’objet de doute.

Celui qui renie l’obligation du jeûne du mois de Ramadhan est considéré comme hérétique ou mécréant, sauf s’il est nouvellement converti à l’islam et qu’il vivait avant dans une société qui ne connait pas le jeûne. Dans ce cas, il faut l’instruire.


L’obligation de vérifier l’apparition de la nouvelle lune

Certains mois lunaires sont plus importants que d’autres, car ils sont liés à l’accomplissement de devoirs religieux, à l’instar du mois de Ramadhan (le mois de jeûne), ou de mois de Dhull-Hijja (le mois du pèlerinage). Connaître le début et la fin de ces mois-ci est un devoir religieux. Ce devoir est de type collectif.
Ainsi le 29 de Sha3ban, un groupe de musulman doit scruter le ciel pour voir si la nouvelle lune de Ramadhan apparaît ou non. Il en est de même pour le 29 de Dhul-l-Qi3da. Les mois lunaires sont de 29 jours.

Le Prophète salla Allahu 3alayhi wa salam a dit :
« Le mois ne dure que 29 jours. Ne commencer votre jeûne que lorsque vous voyez le croissant et cessez-le lorsque vous le voyez. Si vous ne le voyez pas, faites vos estimations. »* (Ahmed et Muslim)

« Commencez votre jeûne dès que vous voyez le croissant naissant, et finissez-le dès que vous voyez le croissant du nouveau mois aussi. Si la vision n’est pas possible, Estimez que Sha3ban dure trente jours. »*

Sachez que pour l’exactitude des calculs, il faut également s’assurer du début du mois de Sha3ban.
3Aïsha (Allah l’agréée) rapporte : « Le Messager d’Allah était particulièrement attentif à vérifier l’apparition du croissant de Sha3ban, puis celui de Ramadhan. S’il n’arrivait pas à voir la nouvelle lune annonçant Ramadhan il estimait que Sha3ban dure 30 jours. Il ne commençait le jeûne qu’après le trentième jour de ce mois. »* (Ahmed, Abu Dâwud, Al-Hakim, Muslim, Bukhary et Ad-Dârâqutnî _ certains ne le considère pas comme bon)

Abu Wayl : « 3Umar nous a envoyé une missive, alors que nous étions à Khâniqîn. Elle nous disait que les croissants diffèrent les uns des autres par la taille et l’heure de la vision. Le croissant naissant ne peut être vu qu’à la fin de l’après midi. Il faut le témoignage de deux hommes intègres et de confiance pour s’assurer de cette vision. »* (Ad-Dârâqutnî )


 

barre.gif

QUI DOIT ACCOMPLIR LE JEUNE ?

 

Les jurisconsultes disent à l'unanimité que la personne soumise au devoir du jeûne de Ramadhân doit être musulmane, majeure, douée de raison, de corps et d'esprit sains, résidant dans un lieu précis. Si cette personne est une femme, elle ne doit avoir ni menstrue ni couches durant le jeûne.

Ainsi, les non musulmans, les enfants non pubères, les femmes en règles ou en lochies, le voyageur, le malade, les vieux, la femme enceinte et fatiguée, la femme allaitant un nourisson sont dispensés du jeûne de Ramadhân, selon certaines conditions.

 

Le jeûne du non musulman et du fou

Celui qu ne croit pas à la foi musulmane, parce qu'il est non musulman ou parce qu'il a renié l'islam comme religion, n'est pas tenu d'accomplir le jeûne de Ramadhân, car c'est un devoir religieux qui incombe uniquement aux musulmans. Une personne qui se convertie à l'islam à l'âge adulte n'est pas tenue de rattraper le jeûne des années où elle était encore mécréante, car Allah dit "Dis à ceux qui ne croient pas que, s'ils cessent, on leur pardonnera ce qui s'est passé." 8.38 traduction approximative

Shafi3i pense que le musulman qui renie l'islam durant une periode de sa vie, puis revient à l'islam, doit rattraper les mois de jeûne qu'il a manqués.

 

Le fou n'est pas soumis non plus à l'obligation du jeûne, car le Prophète salla Allaho 3alayhi wa salâm a dit : "Trois catégories de personnes ne rendront pas compte de leurs actes [à Allah] : l'enfant avant sa puberté, le fou tant qu'il n'a pas retrouvé la raison, et l'endormi tant qu'il ne s'est pas réveillé." (A7med, Abou Daoud et Tirmidhi)

Le jeûne du fou n'est pas valide, car ce dernier n'est pas doué de raison. Celui qui retrouve la raison après une periode de folie, n'a pas a rattraper le jeûne qu'il n'a pas ait. En revanche, celui qui reprends conscience, après un évanouissement ou un comateux, doit rattraper le jeûne qu'il a manqué.

Le jeûne de l'enfant pubère

Le jeûne accompli par un enfant émancipé (garçon ou fille) est validé. Il ne devient, toutefois, un devoir religieux, que lorsqu'il atteint la puberté. Si l'enfant supporte le jeûne, il vaut mieux qu'il apprenne à jeûner avant la puberté pour mieux le faire quand il deviendra soumis à ce devoir.

Par ailleurs on sait de source sûre que les Compagnons du Prophète salla Allaho 3alayhi wa salaam faisaient jeûner leurs enfants le jour de 'Ashoura.

 

Le jeûne pour la personne malade ou invalide

Les personnes âgées et très faibles, la personne souffrant d'une maladie chronique, la personne qui exerce un travail exténuant (par exemple, le boulanger ou l'ouvrier de métallurgie travaillant devant des fours en plein été), peuvent être dispensées du jeûne de Ramadhân. Chacune des personnes dispensées du jeûne doit nourrir un indigent chaque jour de Ramadhân. alik et Ibn Hazm les dispensent aussi de ce don expiatoire.

 

Le jeûne de la femme enceinte ou allaitant

La femme enceinte et la femme allaitant un nourrisson sont dispensées du jeûne de Ramadhân si elles craignent pour leur santé ou pour la santé du foetus ou du nourrisson. Selon Ibn 3Umar et Ibn 3Abbas, elles doivent faire un don expiatoire, mais ne doivent pas rattraper le jeûne manqué.

Les hanafites, ainsi que Abu 3Ubayd et AbuThawr, exigent que ces femmes rattrapent le jeûne, mais les dispensent du don expiatoire

Les Shafi3ites et les hanbalites soutiennent que la femme enceinte et celle qui allaite sont tenues de rattraper le jeûne et de payer le don expiatoire, au cas où elles mangent par crainte pour le foetus ou le nourrisson seulement. Si elles ont peur aussi pour elles-mêmes, elles doivent seulement rattraper le jeûne manqué.

 


 

 

* (traductions approximatives)

Date de dernière mise à jour : 13/06/2013