3-Comment mettre en application Al-tawhid ... ?

بسم الله الرحمـن الرحيم

 

~ Comment mettre en application Al-tawhid à l’époque de l’association ? ~

 

 

 

Le sens de Al-tawhid disparaît progressivement à travers les époques pour différentes raisons :

 

  1. Disparition progressive de la véritable Langue Arabe

  2. Disparition progressive de la véritable Science Islamique

  3. Suivi aveugle des pères et des ancêtres
  4. Suivi aveugle des moines, rabbins et savants qui cachent et déguisent la vérité ; ceux qui vendent à vil prix la Parole d’Allah

 

 

 

Lorsque l’on examine les versets et les hadiths, on trouve que ces quatre points sont les véritables raisons de l’égarement des peuples et des communautés.

 

Malgré cela Allah les a jugé mécréants :

 

وَقَالُوا رَبَّنَا إِنَّا أَطَعْنَا سَادَتَنَا وَكُبَرَاءنَا فَأَضَلُّونَا السَّبِيلَا

رَبَّنَا آتِهِمْ ضِعْفَيْنِ مِنَ الْعَذَابِ وَالْعَنْهُمْ لَعْناً كَبِيراً

 

« Et ils dirent : "Seigneur, nous avons obéi à nos chefs et à nos grands. C'est donc eux qui nous ont égarés du Sentier. Ô notre Seigneur, inflige-leur deux fois le châtiment et maudis les d'une grande malédiction". »Sourate 33 Versets 67-68 (Traduction relative et approchée)

 

 أَمْ آتَيْنَاهُمْ كِتَاباً مِّن قَبْلِهِ فَهُم بِهِ مُسْتَمْسِكُونَ

بَلْ قَالُوا إِنَّا وَجَدْنَا آبَاءنَا عَلَى أُمَّةٍ وَإِنَّا عَلَى آثَارِهِم مُّهْتَدُونَ

وَكَذَلِكَ مَا أَرْسَلْنَا مِن قَبْلِكَ فِي قَرْيَةٍ مِّن نَّذِيرٍ إِلَّا قَالَ مُتْرَفُوهَا إِنَّا وَجَدْنَا آبَاءنَا عَلَى أُمَّةٍ وَإِنَّا عَلَى آثَارِهِم مُّقْتَدُونَ

 

« Ou bien, leur avions-Nous donné avant lui [le Coran] un Livre auquel ils seraient fermement attachés ? Mais plutôt ils dirent : "Nous avons trouvé nos ancêtres sur une religion, et nous nous guidons sur leurs traces".
Et c'est ainsi que Nous n'avons pas envoyé avant toi d'avertisseur en une cité sans que ses gens aisés n'aient dit : "Nous avons trouvé nos ancêtres sur une religion et nous suivons leurs traces". »
Sourate 43 Versets 21-23 (Traduction relative et approchée)

 

وَقَالَتِ الْيَهُودُ عُزَيْرٌ ابْنُ اللّهِ وَقَالَتْ النَّصَارَى الْمَسِيحُ ابْنُ اللّهِ ذَلِكَ قَوْلُهُم بِأَفْوَاهِهِمْ يُضَاهِؤُونَ قَوْلَ الَّذِينَ كَفَرُواْ مِن قَبْلُ قَاتَلَهُمُ اللّهُ أَنَّى يُؤْفَكُونَ 

اتَّخَذُواْ أَحْبَارَهُمْ وَرُهْبَانَهُمْ أَرْبَاباً مِّن دُونِ اللّهِ وَالْمَسِيحَ ابْنَ مَرْيَمَ وَمَا أُمِرُواْ إِلاَّ لِيَعْبُدُواْ إِلَـهاً وَاحِداً لاَّ إِلَـهَ إِلاَّ هُوَ سُبْحَانَهُ عَمَّا يُشْرِكُونَ

 

« Les Juifs disent : "Uzayr est fils d’Allah" et les Nazaréens disent : "Le Messih est fils d’Allah". Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu'Allah les anéantisse ! Comment s'écartent-ils (de la vérité) ? Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Messih fils de Marie, comme Seigneurs en dehors d’Allah, alors qu'on ne leur a commandé que d'adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui ! Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu'ils [Lui] associent. »Sourate 9 Versets 30-31 (Traduction relative et approchée)

 

 

 

D’après Al-imam Al-boukhary (Rahimahou Allah) dans son Sahih, d’après Ibn ‘Abbas (Radiya Allahou ‘Anhou), en ce qui concerne la parole d’Allah :

 

وَقَالُوا لَا تَذَرُنَّ آلِهَتَكُمْ وَلَا تَذَرُنَّ وَدّاً وَلَا سُوَاعاً وَلَا يَغُوثَ وَيَعُوقَ وَنَسْراً

 

« …et ils ont dit : "N'abandonnez jamais vos divinités et n'abandonnez jamais Wadd, Suwaa’, Yagouth, Ya’ouq et Nasr. »Sourate 71 Verset 23 (Traduction relative et approchée)

 

 

 

Il dit : “Les divinités du temps de Nouh (‘Alaihi Assalam) se sont retrouvées chez les arabes, Wouddou était pour la tribu de Kalb à Doumat Al Jandal, Suwaa’ était pour la tribu de Hudayl, Yaghouth était pour la tribu de Marad puis chez Bani Ghatif au Jarf près de Sabaa, et pour Ya’ouq elle était pour la tribu de Hamadan, et Nisr était pour Himiar pour la famille de Dhoul Kila’.

 

Ce sont les noms des gens pieux du peuple de Nouh (‘Alaihi Assalam).

 

Après leurs morts, le diable leur enjoliva l’idée d’instaurer des statues auxquelles ils donnèrent les noms de ces gens pieux. Après la disparition de la science, ces monuments furent adorés.”

 

 

 

Al-imam Al-boukhary (Rahimahou Allah) a rapporté dans son Sahih, que ‘Abd Allah Ibn ‘Omar Ibn ‘Aas (Radiya Allahou ‘Anhou) a dit : “J’ai entendu le Prophète (Sala Allahou ‘Alaihi wa Salam) dire :

 

« Allah ne prend pas la science des gens en l’arrachant d’eux mais il prend la science par la mort des savants jusqu’à ce que ne reste aucun savant. Les gens prennent à leur tête des ignorants à qui ils demandent, ils font des Fatwas sans science. Ils sont égarés et ont égaré. »’’

 

 

 

Cependant, il y a ceux qui se demandent comment les gens s’égarent alors qu’ils ont le Livre d’Allah entre les mains. La réponse est que celui qui observe l’histoire des anciennes communautés aura la certitude que les gens peuvent être dans l’égarement (Al-shirk) malgré la présence du Livre d’Allah entre leurs mains et malgré la présence des Messagers.

 

Prenons l’exemple des enfants d’Israël, eux qui ont associé à Allah, et qui se sont égarés à leur époque malgré la présence des Prophètes parmi eux.

 

 

 

Allah a dit :

 

وَجَاوَزْنَا بِبَنِي إِسْرَائِيلَ الْبَحْرَ فَأَتَوْاْ عَلَى قَوْمٍ يَعْكُفُونَ عَلَى أَصْنَامٍ لَّهُمْ قَالُواْ يَا مُوسَى اجْعَل لَّنَا إِلَـهاً كَمَا لَهُمْ آلِهَةٌ قَالَ إِنَّكُمْ قَوْمٌ تَجْهَلُونَ

إِنَّ هَـؤُلاء مُتَبَّرٌ مَّا هُمْ فِيهِ وَبَاطِلٌ مَّا كَانُواْ يَعْمَلُونَ

 

« Et nous avons fait traverser la Mer aux enfants d'Israël. Ils passèrent auprès d'un peuple attaché à ses idoles et dirent : "O Moïse, désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux." Il dit : "Vous êtes certes des gens ignorants.
Le culte, auquel ceux-là s'adonnent, est caduc; et tout ce qu'ils font est nul et sans valeur." »
Sourate 7 Versets 138-139 (Traduction relative et approchée)

 

 

 

Et lorsque Moussa (‘Alaihi Assalam) partit au rendez-vous de Son Seigneur, son peuple fabriqua à partir de leurs parures un veau qu’ils adorèrent.

 

 

 

Allah a dit :

 

وَاتَّخَذَ قَوْمُ مُوسَى مِن بَعْدِهِ مِنْ حُلِيِّهِمْ عِجْلاً جَسَداً لَّهُ خُوَارٌ أَلَمْ يَرَوْاْ أَنَّهُ لاَ يُكَلِّمُهُمْ وَلاَ يَهْدِيهِمْ سَبِيلاً اتَّخَذُوهُ وَكَانُواْ ظَالِمِينَ

وَلَمَّا سُقِطَ فَي أَيْدِيهِمْ وَرَأَوْاْ أَنَّهُمْ قَدْ ضَلُّواْ قَالُواْ لَئِن لَّمْ يَرْحَمْنَا رَبُّنَا وَيَغْفِرْ لَنَا لَنَكُونَنَّ مِنَ الْخَاسِرِينَ

وَلَمَّا رَجَعَ مُوسَى إِلَى قَوْمِهِ غَضْبَانَ أَسِفاً قَالَ بِئْسَمَا خَلَفْتُمُونِي مِن بَعْدِيَ أَعَجِلْتُمْ أَمْرَ رَبِّكُمْ وَأَلْقَى الألْوَاحَ وَأَخَذَ بِرَأْسِ أَخِيهِ يَجُرُّهُ إِلَيْهِ قَالَ ابْنَ أُمَّ إِنَّ الْقَوْمَ اسْتَضْعَفُونِي وَكَادُواْ يَقْتُلُونَنِي فَلاَ تُشْمِتْ بِيَ الأعْدَاء وَلاَ تَجْعَلْنِي مَعَ الْقَوْمِ الظَّالِمِينَ

 

« Et le peuple de Moïse adopta après lui un veau, fait de leurs parures : un corps qui semblait mugir. N'ont-ils pas vu qu'il ne leur parlait point et qu'il ne les guidait sur aucun chemin ? Ils l'adoptèrent [comme divinité], et ils étaient des injustes. Et quand ils éprouvèrent des regrets, et qu'ils virent qu'ils étaient bel et bien égarés, ils dirent : "Si notre Seigneur ne nous fait pas miséricorde et ne nous pardonne pas, nous serons très certainement du nombre des perdants".
Et lorsque Moïse retourna à son peuple, fâché, attristé, il dit : "Vous avez très mal agi pendant mon absence ! Avez-vous voulu hâter le commandement de votre Seigneur ?" Il jeta les tablettes et prit la tête de son frère, en la tirant à lui : "O fils de ma mère, (dit Aaron), le peuple m'a traité en faible, et peu s'en est fallu qu'ils ne me tuent. Ne fais donc pas que les ennemis se réjouissent à mes dépens, et ne m'assigne pas la compagnie des gens injustes". »
Sourate 7 Versets 148-150 (Traduction relative et approchée)

 

وَمَا أَعْجَلَكَ عَن قَوْمِكَ يَا مُوسَى

قَالَ هُمْ أُولَاء عَلَى أَثَرِي وَعَجِلْتُ إِلَيْكَ رَبِّ لِتَرْضَى

 

قَالَ فَإِنَّا قَدْ فَتَنَّا قَوْمَكَ مِن بَعْدِكَ وَأَضَلَّهُمُ السَّامِرِيُّ

 

فَرَجَعَ مُوسَى إِلَى قَوْمِهِ غَضْبَانَ أَسِفاً قَالَ يَا قَوْمِ أَلَمْ يَعِدْكُمْ رَبُّكُمْ وَعْداً حَسَناً أَفَطَالَ عَلَيْكُمُ الْعَهْدُ أَمْ أَرَدتُّمْ أَن يَحِلَّ عَلَيْكُمْ غَضَبٌ مِّن رَّبِّكُمْ فَأَخْلَفْتُم مَّوْعِدِي

 

قَالُوا مَا أَخْلَفْنَا مَوْعِدَكَ بِمَلْكِنَا وَلَكِنَّا حُمِّلْنَا أَوْزَاراً مِّن زِينَةِ الْقَوْمِ فَقَذَفْنَاهَا فَكَذَلِكَ أَلْقَى السَّامِرِيُّ

 

فَأَخْرَجَ لَهُمْ عِجْلاً جَسَداً لَهُ خُوَارٌ فَقَالُوا هَذَا إِلَهُكُمْ وَإِلَهُ مُوسَى فَنَسِيَ

أَفَلَا يَرَوْنَ أَلَّا يَرْجِعُ إِلَيْهِمْ قَوْلاً وَلَا يَمْلِكُ لَهُمْ ضَرّاً وَلَا نَفْعاً

 

وَلَقَدْ قَالَ لَهُمْ هَارُونُ مِن قَبْلُ يَا قَوْمِ إِنَّمَا فُتِنتُم بِهِ وَإِنَّ رَبَّكُمُ الرَّحْمَنُ فَاتَّبِعُونِي وَأَطِيعُوا أَمْرِي

 

قَالُوا لَن نَّبْرَحَ عَلَيْهِ عَاكِفِينَ حَتَّى يَرْجِعَ إِلَيْنَا مُوسَى

 

قَالَ يَا هَارُونُ مَا مَنَعَكَ إِذْ رَأَيْتَهُمْ ضَلُّوا

 

أَلَّا تَتَّبِعَنِ أَفَعَصَيْتَ أَمْرِي

 

قَالَ يَا ابْنَ أُمَّ لَا تَأْخُذْ بِلِحْيَتِي وَلَا بِرَأْسِي إِنِّي خَشِيتُ أَن تَقُولَ فَرَّقْتَ بَيْنَ بَنِي إِسْرَائِيلَ وَلَمْ تَرْقُبْ قَوْلِي

 

قَالَ فَمَا خَطْبُكَ يَا سَامِرِيُّ

 

قَالَ بَصُرْتُ بِمَا لَمْ يَبْصُرُوا بِهِ فَقَبَضْتُ قَبْضَةً مِّنْ أَثَرِ الرَّسُولِ فَنَبَذْتُهَا وَكَذَلِكَ سَوَّلَتْ لِي نَفْسِي
قَالَ فَاذْهَبْ فَإِنَّ لَكَ فِي الْحَيَاةِ أَن تَقُولَ لَا مِسَاسَ وَإِنَّ لَكَ مَوْعِداً لَّنْ تُخْلَفَهُ وَانظُرْ إِلَى إِلَهِكَ الَّذِي ظَلْتَ عَلَيْهِ عَاكِفاً لَّنُحَرِّقَنَّهُ ثُمَّ لَنَنسِفَنَّهُ فِي الْيَمِّ نَسْفاً
إِنَّمَا إِلَهُكُمُ اللَّهُ الَّذِي لَا إِلَهَ إِلَّا هُوَ وَسِعَ كُلَّ شَيْءٍ عِلْماً

 

 

« "Pourquoi Moïse t'es-tu hâté de quitter ton peuple ?" Ils sont là sur mes traces, dit Moïse. Et je me suis hâté vers Toi, Seigneur, afin que Tu sois satisfait.
Allah dit : "Nous avons mis ton peuple à l'épreuve après ton départ. Et le Samiri les a égarés". Moïse retourna donc vers son peuple, courroucé et chagriné; il dit : "Ô mon peuple, votre Seigneur ne vous a-t-Il pas déjà fait une belle promesse ? L'alliance a-t-elle donc été trop longue pour vous ? Ou avez-vous désiré que la colère de votre Seigneur s'abatte sur vous, pour avoir trahi votre engagement envers moi ?" Ils dirent : "Ce n'est pas de notre propre gré que nous avons manqué à notre engagement envers toi. Mais nous fûmes chargés de fardeaux d'ornements du peuple (de Pharaon); nous les avons donc jetés (sur le feu) tout comme le Samiri les a lancés. Puis il en a fait sortir pour eux un veau, un corps à mugissement. Et ils ont dit : "C'est votre divinité et la divinité de Moïse; il a donc oublié" ! Quoi ! Ne voyaient-ils pas qu'il [le veau] ne leur rendait aucune parole et qu'il ne possédait aucun moyen de leur nuire ou de leur faire du bien ?
Certes, Aaron leur avait bien dit auparavant : "Ô mon peuple, vous êtes tombés dans la tentation (à cause du veau). Or, c'est le Tout Miséricordieux qui est vraiment votre Seigneur. Suivez-moi donc et obéissez à mon commandement".
Ils dirent : "Nous continuerons à y être attachés, jusqu'à ce que Moïse retourne vers nous". Alors [Moïse] dit : "Qu'est-ce qui t'a empêché, Aaron, quand tu les as vus s'égarer de me suivre ? As-tu donc désobéi à mon commandement ?"
[Aaron] dit : "Ô fils de ma mère, ne me prends ni par la barbe ni par la tête. Je craignais que tu ne dises : "Tu as divisé les enfants d'Israël et tu n'as pas observé mes ordres". Alors [Moïse] dit : "Quel a été ton dessein ? Ô Samiri ?"
Il dit : "J'ai vu ce qu'ils n'ont pas vu : j'ai donc pris une poignée de la trace de l'Envoyé; puis, je l'ai lancée. Voilà ce que mon âme m'a suggéré".
"Va-t-en, dit [Moïse]. Dans la vie, tu auras à dire (à tout le monde) : "Ne me touchez pas !" Et il y aura pour toi un rendez-vous que tu ne pourras manquer. Regarde ta divinité que tu as adorée avec assiduité. Nous la brûlerons certes, et ensuite, nous disperserons [sa cendre] dans les flots. En vérité, votre seul Dieu est Allah en dehors de qui il n'y a point de divinité. De Sa science Il embrasse tout. »
Sourate 20 Versets 83-98 (Traduction relative et approchée)

 

Médite que malgré la présence des Prophètes, l’existence des miracles ou leurs visions des miracles, les enfants d’Israël ont associé à Allah et sont partis loin dans l’égarement. Alors que dire de notre époque durant laquelle s’est propagée l’ignorance tandis que la plupart des vérités de Al-tawhid et ses sens ont disparu. L’ignorant en parle alors que le savant se tait ou se cache. Sans oublier la falsification des alliés du chaytan parmi les humains et les djinns.

 

Cette époque durant laquelle les gens sont dans les ténèbres de l’association est pire que l’époque précédente ?!!

 

Surtout que le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) a dit :

 

« Vous suivrez les traditions de ceux qui vous ont précédé pas à pas, coudées par coudées, même s’ils rentraient dans un trou de lézard vous le feriez.

Nous avons dit : Qui Ô Prophète d’Allah, les juifs et les nazaréens ?

Il a répondu : Qui d’autre ? » (Rapporté par Boukhary)

 

 

 

Tous ces versets et hadiths prouvent la cause de l’égarement des peuples. Lorsque l’on reconnaît les quatre causes on peut connaître le remède qui en est l’inverse.

 

Dès que la véritable Langue Arabe a commencé à disparaître, les Savants ont débuté l’établissement des règles de Al-tawhid. Ils ont mis en place ses conditions, ses piliers, ses annulants…

 

L’arabe de l’ancienne époque connaissait le sens de la Langue Arabe, donc il savait le sens de “La ilaha illa Allah”, ses annulants et son implication.

 

Lorsque la maîtrise de la Langue s’est affaiblie, les sens se sont affaiblis à leur tour.

 

Il devient obligatoire de nos jours de connaître le véritable sens de “La ilaha illa Allah”, ses conditions, ses piliers et ses annulants.

 

Et tout ceci sera expliqué dans le Premier Recueil de la chaîne « L’Héritage des Prophètes ».

 

Date de dernière mise à jour : 25/06/2016