Ce qui distingue le Musulman du Polythéiste

 

بسم الله الرحمـن الرحيم



~ Ce qui distingue le Musulman du Polythéiste ~


INTRODUCTION


Louanges à Allah Qui S'est manifesté dans les merveilles qu'Il a créées.

Il est Celui Qui transcende dans Son Essence et Ses Attributs tout ce qu'on Lui associe. Il a créé tout ce qui existe et rien n'échappe à Sa connaissance, même les choses les plus infimes tel que l'atome.

 

Louange, gloire et pureté à Lui. A Lui notre gratitude pour nous avoir guidés vers l'islâm et pour nous avoir éloignés de toutes les déviations et de l'égarement.

 

J'atteste qu'il n'y a pas de divinité [digne d'adoration] en dehors d'Allah, Unique, sans aucun associé. Telle est l'attestation du monothéiste, vouée à Allah, matin et soir.

 

Et j'atteste que Muhammad est Son serviteur et Son envoyé ; il est le Prophète qui nous a apporté la religion droite. Et nous nous abreuvons à la source de son eau douce et limpide.

 

Seigneur, que Ta prière et Ton salut soient sur le prophète Muhammad, sur sa famille et sur ses nobles et vertueux Compagnons.

 

Des amis, de qui il ne m'a pas convenu de rejeter l'idée, m'ont demandé de leur rédiger un fascicule contenant quatre questions et quatre règles par lesquelles le musulman se distingue du polythéiste.


 

 

Règle numéro 1

 

[Obéir à Allah et à Son Messager]1


 

 

Celui Qui nous a créés et Qui nous a donnés forme, ne nous a pas abandonnés vainement.

Il nous a en effet envoyé un messager (le Prophète Muhammad) avec un Livre (le Qur'ân) qui émane de Lui. Celui qui obéit aux injonctions du Qur'ân sera un élu du paradis et quiconque désobéit a l'enfer pour demeure éternelle.

La preuve en est la parole d'Allah تعالى :

 

« Nous vous avons envoyé un messager pour être témoin contre vous, de même que Nous avions envoyé un messager à Pharaon »

(Surat L'enveloppé (Al-Muzzamil) V15) traduction approximative

 

Et Allahتعالى dit :

 

« ... Et quiconque obéit à Allah et à Son messager, Il le fera entrer dans les jardins sous lesquels coulent des ruisseaux pour y demeurer éternellement. Et voilà la grande réussite.

Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, et transgresse Ses ordres, Il le fera entrer au Feu pour y demeurer éternellement. Et celui-là aura un châtiment avilissant. »

(Surat Les femmes (An-Nisa') V 13-14) traduction approximative


 


Règle numéro 2

 

[Vouer à Allah un culte exclusif]


 

 

Allah - gloire et pureté à Lui - n'a créé toute la création2 que pour qu'elle L'adore, en Lui vouant un culte exclusif. La preuve en est la parole du Très-Haut :

 

« Je n'ai créé les Jinns et les hommes que pour qu'ils M'adorent. »

(Surat Qui éparpillent (Ad-Dariyat) V56) traduction approximative

 

Et Il dit - gloire et pureté à Lui :

 

« Il ne leur a été commandé, cependant, que d'adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif, d'accomplir la prière et d'acquitter la Zakât. Et voilà la religion de droiture »

(Surat La preuve (Al-Bayyinah) V 5) traduction approximative



Règle numéro 3

 

[Rejeter le polythéisme (Ash-Shirk)]


 

 

Sans aucun doute, lorsqu'un acte de polythéisme se mêle à l'adoration, celle-ci s'annule et n'est plus acceptée par Allah.

 

Et de tous les péchés, nous pouvons espérer le pardon, sauf du polythéisme. La preuve en est la parole du Très-Haut :

 

« En effet, il t'a été révélé, ainsi qu'à ceux qui t'ont précédé : "Si tu donnes des associés à Allah, ton œuvre sera certes vaine, et tu seras très certainement du nombre des perdants". »

(Surat Les groupes (Az-Zumar) V 65) traduction approximative

 

Et Allah - gloire et pureté à Lui - dit :

 

« Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne quel qu’associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allah quel qu’associé commet un énorme péché. »

(Surat Les femmes (An-Nisa') V 48) traduction approximative

 

Et Allah - gloire et pureté à Lui - dit :

 

« ... Quiconque associe à Allah [d'autres divinités], Allah lui interdit le paradis ; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs ! »

(Surat La table servie (Al-Maidah) V 72) traduction approximative

 

 

 

Il fait partie des types de polythéisme que de croire en des divinités en dehors d'Allah, comme par exemple, croire en un astre, une personne, un prophète, une personne pieuse, un sorcier, un prédicateur, une plante, un animal ou tout autre objet, en croyant que cet objet d'adoration est capable par lui-même de produire un bien, ou qu'il peut écarter un mal, en l'invoquant ou en lui demandant de l'aide.

 

Allah dit dans le Qur'ân :

 

« Ce qu'Allah accorde en miséricorde aux gens, il n'est personne à pouvoir le retenir. Et ce qu'Il retient, il n'est personne à le relâcher après Lui... »

(Surat Le Crèateur (Fatir) V 2) traduction approximative

 

 

 

Il dit encore :

 

« Et si Allah fait qu'un mal te touche, nul ne peut l'écarter en dehors de Lui. Et s'Il te veut un bien, nul ne peut repousser Sa grâce... »

(Surat Jonas (Yunus) V 107) traduction approximative

 

Certes, Allah le Tout-Puissant, par cet attribut [le fait qu'Il détienne Lui Seul le bien et le mal] nous a obligés à ne demander de secours que de Sa part. Et l'on ne doit chercher aucune assistance autre que La Sienne, et toute invocation ne doit être adressée qu'à Lui.

 

A ce sujet, Allah dit :

 

« Dis : "Rien ne nous atteindra, en dehors de ce qu'Allah a prescrit pour nous. Il est notre Protecteur. C'est en Allah que les croyants doivent placer leur confiance". »

(Surat Le repentir (At-Tawbah) V 51) traduction approximative

 

 

Allah تعالى dit, blâmant les gens du Livre qui cherchaient le secours de ‘Îssâ (Jésus) et de ‘Uzayr3 - sur eux le salut -lorsqu'Allah les a frappés de la sécheresse et de la famine :

 

« Dis : "Invoquez ceux que vous prétendez [êtres des divinités] en dehors de Lui. Ils ne possèdent ni le moyen de dissiper votre malheur ni de le détourner". Ceux qu'ils invoquent, cherchent [eux-mêmes] le moyen qui les rapprochera le plus de leur Seigneur. Ils espèrent Sa miséricorde et craignent Son châ­timent. Le châtiment de ton Seigneur est vraiment redouté. »

(Surat Le voyage nocturne (Al-Isra) V 56-57) traduction approximative

 

Allah تعالى dit à Son Prophète :

 

« Dis : "je suis en fait un être humain comme vous. Il m'a été révélé que votre Dieu est un dieu unique ! Quiconque, donc, espère rencontrer son Seigneur, qu'il fasse des bonnes actions et qu'il n'associe dans son adoration aucun autre à son Seigneur". »

(Surat La caverne (Al-Kahf) V 110) traduction approximative

 

Allah تعالى dit encore [par la bouche de Son Prophète] :

 

« Dis : "Je ne détiens pour moi-même ni profit ni dommage, sauf ce qu'Allah veut. Et si je connaissais l'Inconnaissable (al-Ghayb), j'aurais eu des biens en abondance, et aucun mal ne m'aurait touché. Je ne suis, pour les gens qui croient qu'un avertisseur et un annonciateur". »

(Surat Al-Araf V 188) traduction approximative

 

 

Font partie de ce genre de polythéisme, le fait de s'en remettre à un autre qu'Allah, la prière, le vœu, et le sacrifice pour un autre qu'Allah.

Allah dit :

 

 

« ... Adore-Le donc et place ta confiance en Lui... »

(Surat Hud V 123) traduction approximative

 

Allah تعالى dit :

 

« Et remet toi-en en le Vivant Celui qui ne meurt jamais... »

(Surat Le discernement (Al Furqane) V 58) traduction approximative

 

Allahتعالى dit encore :

 

« ... Et c'est à Allah que s'en remettent entièrement ceux qui ont confiance en Lui. »

(Surat Abraham (Ibrahim) V 12) traduction approximative

 

Allah تعالى dit [pour marquer l'obligation de ne sacrifier que pour Lui] :

 

« Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui d'Allah... » jusqu'à la parole du Très-Haut : « ... (vous sont interdits aussi la bête] qu'on a immolée sur les pierres dressées..»

(Surat La table servie (Al-Maidah) V 3) traduction approximative

 

« Accomplis la prière pour ton Seigneur et sacrifie. »

(Surat L'abondance (Al-Kawtar) V 2) traduction approximative

 

« Dis : "En vérité, ma prière, mes offrandes, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur des mondes". »

(Surat Les bestiaux (Al-Anam) V 31) traduction approximative

 

Fait partie des genres de polythéisme, le fait de rendre licite ce qu'Allah a interdit et illicite ce qu'Il a permis, en croyant que c'est cela la vérité. Allah تعالى dit au sujet des gens du Livre :

 

« Ils ont pris leurs rabbins et leur moines, ainsi que le Messie fils de Marie, comme seigneurs en dehors d'Allah, alors qu'on ne leur a commandé que d'adorer un Dieu unique, pas de divinité à part Lui ! Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu'ils [Lui] associent. »

(Surat Le repentir (At-Tawbah) V31) traduction approximative

 

 

 

Adîy ibn Hâtim -qu’Allah l’agrée- a demandé au Prophète صلى الله عليه وسلم [au sujet de ce verset] : « Ô Messager d'Allah! Ils ne les ont pas adorés !? » Et le Messager de dire : « Leurs moines et leurs rabbins n'ont-ils pas autorisé l'illicite et ils leur ont obéi ? Et n'ont-ils pas interdit le licite et ils les ont les suivis ? » L'autre de lui répondre : « Si. », et le Prophète répliqua : « C'est cela, les adorer. »4

Leurs rabbins et leurs moines sont leurs savants et les personnes [parmi eux] dévouées à l'adoration. Les gens du Livre les ont pris comme divinités en dehors d'Allah. Ils ne croient pas qu'ils sont des seigneurs tout puissants et les créateurs de l'univers, car ils disent : « Allah est notre Seigneur et Il est [aussi] le leur », mais ils ont obéi [à leurs moines et à leurs rabbins] en autorisant ce qu'Allah a interdit et en interdisant ce qu'Il a permis. Allah considère cela comme l'adoration d'un autre que Lui.

 

Alors, quiconque obéit à un savant ou à une personne pieuse ou à toute autre personne, qui interdit ce qu'Allah a rendu licite ou qui autorise ce qu'Il a interdit, tout en étant conscient de ses agissements, a alors pris cette personne comme divinité, tout comme ceux qui «ont pris leurs rabbins et leurs moines comme seigneurs en dehors d'Allah.»

 

D'autre part, des polythéistes ont dit au Prophète صلى الله عليه وسلم: «Ô Muhammad Qui a tué la bête trouvée morte ? » Il répondit « Allah. » Et aux polythéistes de rétorquer : « Et comment rends-tu licite la bête que toi et tes compagnons tuez, et tu rends illicite celle tuée par Allah ? » Alors la parole d'Allah تعالى fut révélée :

 

« Et ne mangez pas de ce sur quoi le nom d'Allah n'a pas été prononcé, car ce serait [assurément] une perversité. Les diables ins­pirent à leurs alliés de se disputer avec vous. Si vous leur obéissez, vous deviendrez certes des associateurs »5

 

 

Fait également partie du polythéisme, le fait de faire des retraites spirituelles (AI-I‘tikâf) auprès des tombes des prophètes, des Compagnons ou des gens du pouvoir, ou encore d'effectuer des pèlerinages dans l'optique de visiter ces tombes.

 

En effet, les gens connaissent la personne pieuse qui y est enterrée et ils la prennent pour une source de bénédictions. Tantôt, ils adressent leurs prières aux occupants de ces tombes, et les prennent pour intermédiaires entre eux et Allah [et c'est du polythéisme majeur (Shirk Akbar)] ; tantôt, ils prient Allah autour de ces tombes, et adressent à Allah leurs invocations [pensant que le lieu aura une incidence bénéfique]. Le Prophète صلى الله عليه وسلم 6 a définitivement barré la route à cette deuxième forme, car c'est le début du polythéisme.

 

On rapporte dans les deux recueils authentiques d'Al-Bukhârî et de Muslim, que le Prophète صلى الله عليه وسلم au cours de la maladie qui précéda sa mort, dit : « Allah a maudit les juifs ; ils ont pris les tombes de leurs saints comme lieux de prière », mettant ainsi sa communauté en garde contre ces agissements. ‘Â'ishah -Allah l’agrée- a rapporté : « Si ce n'était à cause de cela, on aurait creusé sa tombe à l'extérieur de sa maison, mais l'on craignit qu'elle ne soit prise comme lieu de prière.»7

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Ne prenez pas ma tombe comme lieu de fréquentation (ou de fête), mais faites les prières sur moi où que vous soyez, car elles me parviendront. »8

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit aussi : « Allah a maudit les visiteuses des tombes, ainsi que les gens qui les prennent comme lieu de prière [et allument dessus des cierges]. » 9

 

On rapporte dans Al-Muwattâ que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Ô Seigneur ! Ne fais pas de ma tombe un monument que l'on adore. »10

 

Et dans le Sahîh de Muslim, Alî -Allah l’agrée- rapporte : « Le Prophète صلى الله عليه وسلم m’a envoyé [en mission] et m’a chargé de niveler toute tombe élevée, et d'effacer toute représentation. »11

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم ordonna d'effacer toute représentation de personne défunte ainsi que de détruire toute statue élevée sur une tombe, car ce sont des moyens qui mènent au polythéisme.

 

Lorsque Umar -Allah l’agrée- fut informé du fait que des gens se rendaient à l'arbre sous lequel le Prophète صلى الله عليه وسلم avait conclu un pacte avec ses Compagnons, il ordonna de l'abattre.

 

 

 

D'autre part, Abû Mûssâ -Allah l’agrée- dépêcha un homme vers Umar -Allah l’agrée- pour l'informer que la tombe de Daniel12 était découverte. Cette tombe contenait des feuillets sur lesquels se trouvaient des prophéties, certaines concernant les musulmans. Mais les gens, lors des sécheresses, dévoilaient la tombe et ils obtenaient la pluie [prétendaient-ils]. Alors, Umar envoya un homme à qui il ordonna de creuser pendant la journée treize tombes ; puis d'ensevelir la dépouille de Daniel pendant la nuit, dans l'une d'entre elles, afin que les gens ne sachent pas laquelle des tombes est la sienne. Sinon, ils auraient été tentés [de perpétuer les mêmes actes de polythéisme].

 

Le fait de prendre les tombes pour des lieux de prières - même si l'on ne construit pas par-dessus un masjid - est parmi les choses qu'Allah et son Prophète ont interdites.

 

En effet, prendre des tombes pour lieu de prière et y construire des masajid sont des actes défendus en islâm, et rien de ce genre ne s'est produit du temps des Compagnons (As­Sahâba) et de ceux qui les ont suivis (At­Tâbi‘în).

 

Alors que l'ami privilégié d'Allah (Ibrâhîm AI-Khalîl13) était enterré dans une grotte bien fermée, personne n'avait jamais tenté d'y pénétrer. Les Compagnons n'ont jamais effectué de voyage vers cette tombe ou vers toute autre tombe.

 

On rapporte dans les deux recueils authen­tiques d'Al-Bukhârî et de Muslim, que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Il n'est permis de voyager (dans un but d'adoration) que vers trois masajid : la masjid Sacrée [de Mekka], la masjid AI-Aqsâ [à Jérusalem], et cette masjid-ci [la mienne, à Médine]. »14

 

Tous ceux parmi les Compagnons ou les Successeurs qui entreprenaient le voyage à la masjid AI-Aqsâ n'y effectuaient que leurs prières et revenaient ensuite sans visiter la grotte d'Ibrâhîm, l'ami privilégié d'Allah, ou tout autre endroit. Cette grotte est restée bien fermée jusqu'au moment où les chrétiens ont occupé la Syrie à la fin du quatrième siècle de l'Hégire (9ème siècle de l'ère chrétienne). Ils la prirent pour église, et quand les musul­mans reconquirent ces territoires, certains la prirent pour masjid. Mais les hommes de sciences s'y opposèrent.

 

Ces lieux n'ont jamais été visités par les Pieux Prédécesseurs (As-Salaf), car ce sont des lieux [où l'on commet beaucoup d'actes] de polythéisme. C'est pourquoi on y trouve beaucoup de diables15. Plus d'un peut témoigner les avoir déjà vus sous une apparence humaine, [prétendant] leur révéler des secrets. Certains ont cru qu'ils étaient des hommes parmi les humains qui vivaient retirés. Cependant, ce sont des Jinns. Et le mot « homme » est aussi utilisé pour désigner les Jinns, comme dans le verset où Allah تعالى dit :

 

 

« Or, il y avait parmi les humains, des hommes (des mâles) qui cherchaient protec­tion auprès des hommes parmi les Jinns mais ils ne firent qu'accroître leur détresse. »

(Surat Les djinns (Al-Jinn) V 6)

 

Toutes ces superstitions et autres choses de ce genre qui se sont infiltrées dans l'islâm, sont contraires à ce qu'Allah a révélé à Muhammad صلى الله عليه وسلم, c'est-à-dire l'unicité pure (at-Tawhyd), la revivification de la religion, et le rejet des voies du polythéisme qu'a ouvertes Satan.

 

Et c'est pour cette raison que ceux qui s'écartent le plus du Tawhyd, de la sincérité (al­Ikhlâs)16, et de la connaissance de l'islâm, sont ceux qui accordent le plus de respect à ces lieux de Shirk.

 

Par contre, ceux qui sont informés sur la tradition de Muhammad صلى الله عليه وسلم (as-Sunnah) sont les plus proches du Tawhyd et de la sincérité.

 

De même, les gens ignorants sont les plus proches du polythéisme et de l'innovation (al­Bid‘ah). C'est la raison pour laquelle on les rencontre encore plus dans la secte Râfidha17, car ils sont plus ignorants, plus polythéistes et plus innovateurs que les autres. Ils honorent leurs [soi-disant] lieux saints qui sont les tombes et autres, et abandonnent les masajid. Et ils ne font pas la prière du vendredi, ni les prières quotidiennes en congrégation.

Quant à leurs « lieux saints », ils les honorent et vont même jusqu'à croire que leurs visites « pieuses » sont plus importantes que le pèlerinage à la Mecque.18

 

Or, plus la personne suit la religion de Muhammad صلى الله عليه وسلم, plus elle parfait son Tawhyd et sa sincérité. Par contre, plus la personne s'écarte de cette religion, plus sa pratique diminuera. Quand son éloignement sera devenu important, alors apparaîtront chez elle des actes de polythéisme et des innovations, qu'on ne trouve pas chez celle qui est proche des enseignements du Prophète صلى الله عليه وسلم.

 

Cependant, Allah nous a ordonnés de Lui vouer le culte dans les masajid, et c'est ce que l'on appelle « peupler » les masajid.

 

Et Allah تعالى dit :

 

« Ne peupleront les masajid d'Allah que ceux qui croient en Allah et au Jour dernier.. »19,

(Surat Le repentir (At-Tawbah) V 43) traduction approximative

 

Et Il n'a pas dit : « Ne peupleront les lieux de polythéisme. »

 

En ce qui concerne la construction des masajid, n'importe qui peut le faire, pieux ou non. Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Quiconque construit une masjid pour Allah, Allah lui construit une maison au Paradis.»20

 

De plus, beaucoup des lieux de convergence [des polythéistes], et même la majorité de ces lieux sont des lieux au contenu mensonger, à l'exemple du monument au Caire où l'on prétend conserver la tête de Hussayn21(Allah l'agréé), alors qu'elle n'a jamais été amenée jusque là.

 

Il en est de même pour le prétendu tombeau de ‘Alî dans l'état de Bani Buwayh. Al-­Hâfizh (Ibn Hajr) et bien d'autres ont dit à ce propos : « C'est plutôt la tombe d'Al-­Mughîrah ibn Shu‘ba, tandis que Alî a été enterré au palais du gouvernement à Kûfa22 ; Mu‘âwiyah a été enterré au palais du gouver­nement de Damas, et Amr ibn ul-Âs a été enterré au palais du gouvernement au Caire, de peur que les Khawârij23 ne le déterrent s'ils avaient été inhumés dans les cimetières. »

 


Règle numéro 4

 

[Appliquer la Sunnah du Prophète]


 

 

Il faut noter que si ton oeuvre est juste (c'est-à-dire conforme à la Sunnah24), mais non vouée exclusivement à Allah, alors elle n'est pas agréée. De même, si elle est vouée exclusivement à Allah, mais n'est pas conforme à la Sunnah, alors, elle ne saurait être acceptée. Ainsi, elle doit être vouée exclusivement à Allah et juste, conforme à la Shari‘ah25 de Muhammad صلى الله عليه وسلم.

 

Ainsi, Allah - Gloire et pureté à Lui - a dit au sujet des savants, des gens pieux et des gens instruits parmi les gens du Livre :

 

« Dis : "Voulez-vous que Nous vous apprenions lesquels sont plus grands perdants en œuvres ? Ceux dont l'effort, dans la vie présente, s'est égaré, alors qu'ils s'imaginaient faire le bien". »

(Surat La caverne (Al-Kahf) V103,104) traduction approximative

 

Et Allah تعالى dit :

 

« Ce jour-là, il y aura des visages humiliés, préoccupés, harassés. Ils brûleront dans un feu ardent. »

(Surat L'enveloppante (Al-Ghashiyah) V 2-4) traduction approximative

 

Ces versets ne concernent pas uniquement les gens du Livre mais toute personne qui fait un effort dans le domaine d'une science, d'un travail ou d'une étude, et dont finalement l'effort n'est pas conforme à la Shar‘îah de Muhammad صلى الله عليه وسلم. Par conséquent, cette personne se trouvera du nombre des perdants mentionnés par Allah dans Son Noble Livre, même si elle est douée d'intelligence et de sagacité, et qu'elle possède les qualités de l'ascétisme et du bon comportement. Ceci n'est pas une excuse valable et ne saurait ni lui procurer le bonheur (sur terre), ni l'épargner du châtiment (dans l'au-delà), sauf si elle se conforme au Livre d'Allah (le Qur'ân) et à la Sunnah.

 

[…]

 

On rapporte dans le Sahîh d'Al-Bukhârî, par Abû Sa‘id Al-Khudrîy -Allah l’agrée- : « J'ai entendu l'Envoyé d'Allah صلى الله عليه وسلمs'exprimer ainsi : « Il apparaîtra parmi vous des gens qui vous feront mépriser votre prière au vu de la leur, votre jeûne au vu du leur, vos œuvres au vu des leurs ; ils réciteront le Qur'ân sans qu'il ne dépasse leur gorge26 ; ils traverseront la religion comme la flèche traverse le gibier. Si l'on regarde la pointe de la flèche, on ne voit rien. Si on regarde l'orifice, on ne voit rien. Si l'on regarde le pelage, on ne voit rien ; de sorte que l'on doute que la flèche ait été lancée. »27

 

Dans le Sahîh d'Al-Bukhârî également, [du hadith de ‘Alî -Allah l’agrée-] : « J'ai entendu le Prophète صلى الله عليه وسلم dire : « A la fin des temps, viendront des gens jeunes, faibles d'esprit, qui répéteront les paroles du meilleur des hommes (le Prophète صلى الله عليه وسلم), et qui traverseront l'islâm comme la flèche traverse le gibier. Leur foi ne dépassera pas leurs gosiers. Où que vous rencontriez ces gens-là, tuez-les, car au Jour de la Résurrection, il y aura une récompense pour ceux qui les auront tués.28  » » 29

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Il y aura à la fin des temps des menteurs qui rapporteront des hadyths que ni vos pères et ni vous-mêmes n'ont jamais entendu. Prenez garde qu'ils ne vous égarent et qu'ils ne vous séduisent. »30

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Tous les prophètes qu'Allah a envoyés parmi les communautés qui m'ont précédé, ont eu des disciples et des compagnons qui ont suivi leur tradition et se sont conformés à leurs ordres. Par la suite, ces communautés ont été succédées par des générations de gens qui disaient ce qu'ils ne faisaient pas, et qui faisaient ce que l'on ne leur avait pas ordonné de faire. Celui qui les combat de sa main est un croyant, celui qui les combat avec sa langue (par la désapprobation verbale) est un croyant et celui qui les combat dans son cœur (en détestant ce qu'ils font) est un croyant ; ceci est la dernière forme de combat après laquelle il n’y a plus de foi, même du poids d’un grain de moutarde. »31

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Un groupe de ma communauté demeurera dans la vérité. Ni ceux qui les abandonneront, ni ceux qui les contrediront ne sauront leur nuire, jusqu'à ce qu'Allah donne Son ordre (le Jour du Jugement). »32

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Toute ma communauté ira au paradis sauf celui qui refuse ». On lui demanda : « Ô Prophète ! Et qui est donc celui qui refuse ? », et au Prophète de dire : « Quiconque m'obéit entrera au paradis, et quiconque me désobéit, aura refusé [d'y entrer]. »33

 

Ibn Umar -Allah ta’ala l’agrée-rapporte du Prophète صلى الله عليه وسلم qu'il a dit : « Nul d'entre vous ne croira [vraiment] jusqu'à ce que ses passions soient conformes à ce qui m'a été révélé. »34

 

C'est un devoir que de rechercher la science qu'Allah a révélée à Son Prophète صلى الله عليه وسلم sous la forme du Livre (le Qur'ân) et de la sagesse (la Sunnah), et d'en comprendre le sens comme l'ont compris les Compagnons (as-Sahâba), les Successeurs (at-Tâbi‘în) et tous ceux qui ont suivi leur voie. Tout ce dont les gens ont besoin a été clarifié par Allah et Son Prophète, sans qu'il n'y ait besoin d'en rajouter, et à plus forte raison, dans les fondements du Tawhyd et de la croyance.

 

Après avoir compris ce que le Prophète a expliqué, on peut examiner ce que les gens ont dit et ce qu'ils ont voulu dire. Mais, on se doit d'examiner leurs paroles à la lumière du Qur'ân, de la Sunnah, et de la raison saine, celle qui est en accord avec le Prophète صلى الله عليه وسلم, la juste balance avec le Qur'ân, et c'est cela le chemin qui mène vers la guidée.

 

Quant au chemin de l'égarement, de l'innovation et de l'ignorance, c'est le contraire : c'est apporter des innovations basées sur les opinions des gens et leurs interprétations, puis de vouloir les justifier par des enseignements du Prophète C'est aussi déformer le sens des mots et les interpréter pour les rendre en conformité avec les règles qu'ils ont inventées.

Ces gens-là, on les voit, sur une même question, s'appuyer sur ce que le Prophète صلى الله عليه وسلم a rapporté, sans en retirer la guidée, mais plutôt ce qui leur convient, puis de s'en servir comme argument.

 

Quant à ce qui n'est pas conforme à leur vision, ils le transforment tout comme « ceux (les juifs) qui détournent les mots de leur sens »35 ou ils l'interprètent comme « ceux qui ne connaissent du Livre que leurs aspirations ».36

 

Beaucoup d'entre eux consultent l'explication du Qur'ân et du Hadith pour y trouver ce qui coïncide avec leur vision des choses, et d'autres ne se soucient même pas de baser leur argumentation sur les textes, comme ceux parmi les juifs auxquels Allah a fait allusion dans le verset :

 

« ... Ils profèrent des mensonges contre Allah alors qu'ils savent. »

(Surat La famille de ‘Imran (Ali-‘Imran) V 75) traduction approximative

 

 

Puis, sont venus après eux, des gens qui, de bonne foi, ont cru à leurs paroles, et qui ont ainsi été pris de doutes. Allah تعالى dit :

 

« ... Ceux à qui le Livre a été donné en héritage après eux sont vraiment à ce sujet dans un doute troublant. »

(Surat La consultation (Achoura) V 14) traduction approximative

 

Et on rapporte dans les deux recueils authentiques d'Al-Bukhârî et de Muslim, que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Vous suivrez pas à pas le chemin de ceux qui vous ont précédés, même s'ils vous conduisent jusqu'à un trou de lézard ». Alors nous dîmes: « Ô Envoyé d'Allah ! Sont-ils les juifs et les chrétiens ? » « Eh bien, qui donc alors ? », s'écria-t-il. »37

 

Ceci est la preuve que ce qu'Allah a reproché aux gens du Livre se manifestera dans cette communauté, parmi ceux qui cherchent à les imiter. C'est la vérité et on peut en témoigner (même de nos jours).

 

Allah تعالى dit :

 

« Nous leur montrerons Nos signes dans l'univers et en eux-mêmes, jusqu'à ce qu'il leur devienne évident que c'est cela (le Qur'ân), la vérité. Ne suffit-il pas que ton Seigneur soit témoin de toute chose ? »

(Surat Les versets détaillés (Fussilat) V 53) traduction approximative

 

Quiconque médite sur ce qu'Allah a révélé à Son Prophète صلى الله عليه وسلم, réalisera qu'il s'est produit beaucoup de cas semblables. Donc, quiconque ajoute à la religion une chose que n'a pas faite le Prophète صلى الله عليه وسلم, ni les Compagnons, ni ceux qui les ont suivis, sous entend que la religion est incomplète.

Anas (Allah l'agréé) rapporte que le messager d'Allah صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« Ne vous imposez pas des choses à vous-mêmes, sinon Allah vous imposera des choses. Les gens se sont imposés des choses à eux-mêmes, alors Allah leur a imposé des choses. Au, sujet de leurs retraites dans des ermitages, Allah lé Très-Haut a dit :

 

« ... Le monachisme qu'ils inventèrent, nous ne le leur avons nullement prescrit... 38 »39

 

‘Aishah -Allah l'agrée- rapporte que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Pourquoi ces gens-là s'abstiennent-ils d'une chose que je fais moi-même ? Par Allah, je suis le plus savant d’entre eux et celui qui craint le plus Allah. »40

 

Anas Ibn Mâlik -Allah l'agrée- a rapporté : « Trois personnes vinrent aux maisons des femmes du Prophète صلى الله عليه وسلم se renseigner sur ses actes d'adoration. Une fois informés, ils eurent l'air de trouver cela peu et ils dirent : « Qui sommes nous à côté du Prophète صلى الله عليه وسلم, à qui Allah a pardonné ses péchés passés et à venir ? » L'un d'eux décida : « En ce qui me concerne, je passerai toutes les nuits en prière et je ne dormirai point. » A l'autre de dire : « je jeûnerai continuellement et je ne romprai pas mon jeûne. » Et au troisième d'ajouter : « je m'écarterai des femmes ; Je ne me marierai plus. » Quand le Prophète صلى الله عليه وسلم apprit cela, il demanda : « Est-ce vous qui avez dit ceci et cela ? Quant à moi, je jure par Allah, que je suis celui qui craint le plus Allah et le plus pieux d'entre vous ; cependant, je jeûne et je romps mon jeûne ; je prie une partie de la nuit et je dors pendant une partie, et j'épouse les femmes. Alors, quiconque s'écarte de ma Sunnah n'est pas des miens ».41

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit aussi : « Vous êtes les mieux informés au sujet de votre vie mondaine tirez-en profit. »42

 

‘Â'ishah -Allah l'agrée- rapporte que le Prophète صلى الله عليه وسلم récita :

 

« C'est lui qui a fait descendre sur toi le Livre : il s'y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d'autres versets qui peuvent prêter à d'interprétations diverses. Les gens, donc, qui ont au cœur une inclination vers l'égarement, mettent l'accent sur les versets à équivoque... »

(Surat La famille de ‘Imran (Ali-‘Imran) V 7) traduction approximative

 

Le prophète صلى الله عليه وسلم dit : « Si vous voyez ceux qui suivent plutôt les versets sujets à interprétation, et abandonnent les versets sans équivoque, ceux-là sont ceux qu'Allah a nommés les gens de l'égarement. Alors, prenez garde qu'ils ne vous égarent. »43

 

Ibn ‘Umar -Allah l'agrée- a dit : « Je me suis retiré chez le Prophète صلى الله عليه وسلم et celui-ci entendit la voix des deux hommes qui se disputait à propos d'un verset. Il sortit l'air fâché et dit : « Certes, ceux qui vous ont précédés ont été anéantis par l'abondance de leurs questions et leurs divergences à l'égard de leurs prophètes. Ce que je vous ai ordonné, accomplissez-le dans la mesure de vos moyens, et ce que je vous ai défendu de faire, évitez-le. »44

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Quiconque fait revivre l'une de mes traditions tombée dans l'oubli après moi (ma mort), aura la récompense de tous ceux qui la pratiquent, sans que leurs récompenses ne soient diminuées. Et quiconque apporte une innovation, un égarement, que ni Allah ni Son messager n'agrée, supportera les péchés de tous ceux qui la pratiquent, sans rien diminuer de leur fardeau. »45

 

Dans les Sahîh d'Al-Bukhârî et de Muslim, ‘Â'ishah -Allah l'agrée- rapporte que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Quiconque apporte à notre religion une nouveauté qui n'en fait pas partie, elle lui sera rejetée. »46

 

‘Urnar Ibn ul-Khattâb -Allah l'agrée- rapporte que le Messager d’Allah a dit à ‘Â'ishah -Allah l'agrée- :

 

« Ceux qui émiettent leur religion et se divisent en sectes...47» sont les innovateurs et ceux qui suivent leurs passions et ils font partie de cette communauté. »48

 

Al-‘Irbâdh ibn Sâriya -Allah l'agrée-a dit : « Nous priâmes la prière de l'aube derrière le Prophète صلى الله عليه وسلم puis il nous fit un prêche qui fit frémir les cœurs et couler les larmes. L'un de nous lui dit alors « Ô Envoyé d'Allah, on dirait un sermon d'adieu. Fais-nous une (dernière) recommandation ». Il répondit : « je vous recommande d'adorer Allah, d'écouter votre chef et de lui obéir, même s'il est un esclave abyssin. Certes, celui d'entre vous qui vivra, verra de nombreuses discordes. Il vous incombe donc de suivre ma voie et celle des califes bien guidés, qui guident vers le bien après moi. Accrochez-vous y de toutes vos forces et gardez-vous des innovations religieuses, car toute innovation est un égarement. » »49

 

‘Abdullah Ibn ‘Umar -Allah l'agrée- rapporte que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Les Fils d'Israël se sont divisés en soixante-douze sectes ; cette commu­nauté se divisera en soixante-treize sectes. Toutes iront en enfer sauf une. » Ils dirent : « Laquelle, ô Messager d’Allah ? » Il répliqua : « Ce sont ceux qui œuvrent dans la voie sur laquelle je me trouve, moi et mes Compagnons.»50

 

‘Abdullah Ibn Mas‘ûd -Allah l'agrée-, a dit : « Certes, la meilleure des paroles est le Livre d'Allah ; et le meilleur guide est Muhammad et la pire des choses est l'innovation en religion. »51

 

Abû Mukhtâr At-Tâ'î -Allah l'agrée- rapporte d'Ibn Akhî Al-Hârith Al-A‘war -Allah l'agrée- : « Je passai près de la masjid, lorsque je vis des gens engagés dans une discussion. J'entrai chez ‘Ali -qu'Allah l'agrée- et je l'en informai : « Ô Chef des croyants ! As-tu remarqué que les gens sont rentrés dans les polémiques ? » Il dit : « L'ont-ils déjà fait ? » « Oui », dis-je. Il dit : « J'ai entendu le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم dire : « Certes, les polémiques seront une source de division ». Je lui ai alors demandé : « Quelle est la solution, ô Messager d'Allah ? » Il dit : « Le Livre d'Allah contient les renseignements de ce qui s'est passé et de ce qui va se passer, ainsi que le manière de juger entre vous. C'est le Livre qui tranche entre le vrai et le faux, et non point une plaisanterie frivole. Quiconque se montre arrogant et l'abandonne, Allah le brisera. Et quiconque cherche un autre guide en dehors de lui, Allah l'égarera, car c'est cela, le câble solide d'Allah, le rappel sage et le chemin droit. Les passions ne sauraient emporter celui qui s'y conforme, et les langues ne sauraient en faire une confusion. Les savants n'en seront jamais rassasiés. C'est le Livre qui ne s'use pas à force d'être répété. Le Livre dont les miracles ne prendront jamais fin. Et c'est le Livre au sujet duquel les Jinns ne cesseront de dire quand ils l'entendent :

 

« ... Nous avons certes entendu une lecture (le Qur'ân) merveilleuse, qui guide vers la droiture... »52Celui qui s'exprime par lui a dit la vérité, et celui qui le met en pratique sera récompensé, tout comme celui qui invite les gens à le suivre sera guidé sur le droit chemin. »53

 

L'expression « Les passions ne sauraient emporter celui qui s'y conforme » signifie que celui qui s'y conforme ne peut pas devenir, à cause de lui, un innovateur, un égaré.

 

Et l'expression « Les langues ne sauraient en faire une confusion » signifie qu'une autre parole ne saurait s'y mêler de sorte que la vérité se confonde avec le mensonge. تعالى a dit :

 

« En vérité, c'est Nous qui avons fait descendre le Qur'ân, et c'est Nous qui en sommes gardien. »

(Surat Al-Hijr V 9) traduction approximative

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Certes, la religion au début était étrange ; et elle redeviendra étrange comme elle a débuté. Heureux sont les "étrangers" qui répareront ce que les gens ont gâté de ma Sunnah après ma mort. »54

 

Abû Hurayrah -Allah l'agrée- rapporte que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Quiconque appliquera ma Sunnah 'lorsque ma communauté sera dépravée aura la récompense de cent martyrs. »

 

Et Abû Hurayrah -Allah l'agrée- rapporte aussi que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Vous vivez des temps où celui d'entre vous qui abandonne dix choses qu'Allah a ordonnées verra sa perte. [Puis, il viendra un temps où celui qui appliquera dix choses de ce qu'Allah a recommandé sera sauvé.] »55

 

‘Abdullah Ibn Mascû’d -Allah l'agrée- a dit : « Le Prophète صلى الله عليه وسلم traça une ligne sur le sol puis, il dit : « Ceci est la voie d'Allah » , puis il traça des lignes à droite et à gauche de la première et dit : « Ceux-ci sont des sentiers et à chaque sentier se trouve un Satan qui appelle à le suivre [et à dévier du chemin d’Allah]. » Et il récita :

 

« Et voilà Mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc ; et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie. Voilà ce qu'Il vous enjoint. Ainsi atteindrez-vous la piété.56 »57

 

Abû Hurayrah -Allah l'agrée- rapporte que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit « Le Qur'ân a été révélé dans cinq domaines le licite, l'illicite, les versets sans équivoque, les versets qui sont sujets à interprétation et les récits. Autorisez donc le licite et interdisez l'illicite, appliquez les versets sans équivoque, croyez aux versets sujets à interprétation et méditez sur les récits. »

 

Ibn Abbâs -Allah l'agrée- rapporte que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Les choses se divisent en trois catégories : l'une dont l'égarement est clair, écartez-vous en. L'autre dont la droiture est claire, suivez-la. Et la dernière qui fait l'objet de divergence de point de vue, alors, remettez-vous en à Allah تعالى. »58

 

Dans les deux recueils authentiques d'Al­-Bukhârî et de Muslim, Abû Mûssâ -Allah l'agrée- rapporte que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Le croyant qui lit le Qur'ân est comme le cédrat (fruit au parfum de citronnelle) dont le goût est agréable et le parfum aussi. Le croyant qui ne lit pas le Qur'ân est comme une datte dont le goût est agréable et qui n'a pas de parfum. L'hypocrite qui lit le Qur'ân est comme le myrte dont le parfum est agréable et la saveur amère. L'hypocrite qui ne récite pas le Qur'ân est comme la coloquinte dont la saveur est amère et qui n'a pas de parfum. »59

 

Il est alors clair qu'il y a parmi les lecteurs du Qur'ân des croyants et des hypocrites.60


CONCLUSION

 

 

Le bonheur des premières générations et celui des dernières se trouvent dans le fait de suivre les messagers d'Allah; il est donc clair que les gens qui méritent le plus ce bonheur, sont ceux qui sont les plus instruits sur leurs enseignements et ceux qui les suivent le plus rigoureusement.

 

Ceux qui connaissent les paroles des messagers et leurs actes, puis les suivent sont ceux qui goûtent le bonheur à toute époque et en tout lieu. Ils sont le groupe sauvé de chaque communauté. Ce sont eux les gens de la Sunnah et du Hadith de cette communauté.

 

Les messagers ont clairement annoncé le message. Muhammad صلى الله عليه وسلم est le dernier des messagers à qui Allah a révélé Son Livre, le Qur'ân, qui confirme et prédomine en même temps sur les livres qui le précédent. Le Qur'ân prédomine sur tous les autres livres. Le Prophète صلى الله عليه وسلم a élucidé le message de la manière la plus claire, la plus complète et la plus parachevée.

 

Il صلى الله عليه وسلم est le meilleur des conseillers parmi les serviteurs d'Allah ; il est compatissant et miséricordieux envers les croyants. Il a accompli sa mission, a remis le dépôt (le Message), a combattu dans le sentier d'Allah, et a adoré Allah jusqu'à ce que lui vînt la vérité évidente (la mort). C'est l'être le plus heureux, celui qui recevra le plus de bienfaits et celui qui atteindra le plus haut degré (dans l'au-delà). C'est l'être qui a suivi [le plus strictement les ordres d'Allah] et celui dont la science et les actes étaient les plus conformes [aux commandements d'Allah].

 

Et Allah - Gloire et pureté à Lui - est le Plus Savant [et la prière et la paix d'Allah sont sur le Prophète Muhammad].

 

 

 Annexe :

 

 

 

Ce que signifie « Lâ Ilâha Illa llâh » et ce que signifie « El Kufr Bi Tâghût »

 

 

Muhammad Ibn ‘Abdelwahhâb, -Allah lui fasse miséricorde- à dit :

 

« Sache qu’Allah te fasse miséricorde que l’obligation de connaître le témoignage qu’il n’est de vrai dieu qu’Allah passe avant l’obligation de la prière et du jeûne. Il est obligatoire pour tout serviteur de chercher après la signification de ceci, et c’est plus important encore que l’obligation de rechercher après la prière et le jeûne. Et l’interdiction de donner un associé à Allah et d’avoir Foi en le Tâghût est plus grave encore que l’interdiction de se marier avec sa mère ou sa tante. Ainsi, le plus haut niveau de la Foi en Allah c’est le témoignage qu’il n’y a de vrai dieu qu’Allah.

 

Et ceci veut dire que le serviteur doit témoigner que la divinité est totalement à Allah, et qu’il n’y en a aucune part qui soit destinée à un prophète ni à un ange ni à un saint. Mais c’est le droit exclusif d’Allah sur Ses serviteurs.

 

La divinité c’est ce que les gens de notre époque appellent « mysticisme ». Et le dieu était chez les arabes la même chose que ce que les gens aujourd’hui appellent « Le Cheikh » ou « Le Sidî » que l’on invoque, à qui on demande le secours dans les moments périlleux. Dès que l’homme sait que cette croyance qu’ont beaucoup de gens envers Chamsân61 et ses semblables, ou envers le tombeau de certains compagnons du prophète, que cette croyance n’est autre que l’adoration que seul Allah mérite, et que quiconque a envers un prophète devient mécréant, et a mis en place un autre dieu avec Allah, [il saura] qu’une telle personne n’a pas attesté qu’il n’est de vrai dieu qu’Allah.

 

Et mécroire au Tâghût ça veut dire que tu rompes avec tout ce en quoi les gens ont une conviction en dehors d’Allah, que ce soit un Djinn ou un homme, un arbre ou une pierre ou autre que ça, et que tu témoigne que de sa mécréance et de son égarement même si c’est ton père ou ton frère. Quant à celui qui dit « Je n’adore rien avec Allah, et je ne m’oppose pas aux Sidîs ni aux mausolées sur les tombeaux » etc. Celui-ci à mentit lorsqu’il [prétend] confesser qu’il n’y a de vrai dieu qu’Allah. Il n’a pas Foi en Allah et n’a pas mécru en le Tâghût.

 

Et ceci était une courte parole mais qui nécessite une longue recherche, et un grand effort pour connaître la religion de l’islâm et pour connaître ce pour quoi Allah a envoyé Son messager –puisse Allah le bénir et le saluer- ainsi qu’une recherche de ce qu’ont dit les savants concernant le verset « Quiconque mécroit au Tâghût tandis qu’il a Foi en Allah, il a saisi l’anse la plus solide »62 et qu’il fasse des effort pour apprendre ce qu’Allah a enseigné à Son messager et ce que Son messager à enseigné à sa communauté concernant le monothéisme. Et celui qui se montre inattentif à cela, c’est qu’Allah a scellé son cœur, une telle personne a fait primer ses jouissances mondaines sur sa religion et Allah ne l’a pas excusé de son ignorance. Et Allah sait mieux. »

 

Source : Dourar As-Saniyya, volume 2, pages 121


 



 

1Les titres de chapitre entre crochets ont été ajoutés parle traducteur.

2 Parmi sa création, Allah a créé les animaux, les êtres humains ainsi que les Jinns et les anges. Ces deux derniers groupes font partie d'un monde parallèle au nôtre, qui nous est invisible. [NdT]

3 Un des prophètes qu’Allah a envoyé auprès des juifs.

4 Rapporté par l'imam Ahmad, At-Tirmidhî, Ibn Jarîr, et Ibn Kathîr qui le rapporte dans son Tafsîr, sans commenter le degré d'authenticité du hadith.

5 Rapporté par At-Tirmidhî (3069), livre de l'exégèse du Qur'ân. Au début de l'avènement de l'islâm, les polythéistes tentaient de semer le trouble dans le coeur des nouveaux convertis par des questions de ce genre.

6 Salla Allahou ‘alayhi Wa Salam « Prière et salut d'Allah sur lui » ; les musulmans se doivent de saluer le prophète Muhammad, selon l'injonction Qur'ânique contenu dans le verset 56 de la Surat les Coalisés. Il existe aussi de nombreux hadiths qui incitent à le faire. La prière d'Allah n'est bien sûr pas comme celle de Ses serviteurs, mais, c'est, selon l'explication d'Abû Al-‘Âliya, l'éloge que fait Allah du Prophète auprès des anges. Et l'explication de Sufyân At-Thawrî de ce verset est que : « La prière d'Allah est une miséricorde, et la prière des anges est une demande de pardon [pour les croyants auprès d'Allah] » (Ibn Kathîr, Tafsîr ul-Qur'ân il-‘Adhîm : 3/668).

7 Rapporté par Al-Bukhârî (1/444) dans le livre de la prière ; Muslim (531) dans le livre des masajid.

8 Rapporté par Abû Dâwûd (2042, livres des rites duPèlerinage.

9 Rapporté par Abû Dâwûd (3236) dans le livre deobsèques ; At-Tirmidhî (320) dans le livre de la prière ;An-Nassâ'î (4/94-95) et Ibn Mâjah (1575) respective­ment dans leur livre des obsèques.

10 Rapporté par Mâlik ibn Anas dans son Muwattâ (85) dans le chapitre de la réduction de la prière en voyage.

11 Rapporté par An-Nassâ'î (4/ 94), livre des obsèques.

12 Il est fait mention de Daniel dans Sunan AI-Bayhaqî, précisant qu'il est le premier envoyé d'Allah à avoir réclamé des témoins pour un cas d'adultère. Le degré d'authenticité n'est pas précisé.

13 Ibrâhîm est l'ami privilégié (ou proche) d'Allah. Voir les Femmes, v. 125 (traduction approximative) :

«  ... Et Allah avait pris Abraham pour ami privilégié. »

14 Rapporté par Al-Bukhârî (1189), chapitre du mérite de la prière dans la masjid Sacrée de Mekka et la masjid de Médine; Muslim (3/541) commentaire d'An-Nawawî.

15 C'est-à-dire des Jinns mécréants qui éprouvent les gens par leurs mensonges.

16 AI-IkhIâs pourrait se traduire par la pureté de l'intention, le dévouement à Allah et la sincérité que Lui voue le croyant dans tous ses actes.

17 Le mot Râfidhah (du verbe Rafadha : refuser) est souvent employé pour désigner les chiites ; c'est une des sectes qui refusent les trois premiers califes (Abû Bakr, ‘Umar et ‘Uthmân) et les considère comme apostats, ainsi que nombre de Compagnons - qu'Allah nous préserve de cet égarement !

18 Les chiites effectuent de nombreux pèlerinages à des tombeaux situés à Kerbala, Qum et d'autres villes

19 Le mot ‘Amara signifie, dans son sens général, « construire », mais dans le verset, le verbe signifie « peupler » car le fait de construire des masajid n'est pas réservé aux gens pieux. D'où la discussion qui s'en suit.

20 Rapporté par Ibn Mâjah (737), livre des masajid.

21 Hussayn est l'un des deux fils de ‘Ali (le deuxième étant Hassan).

22 Ville qui se situe actuellement en Irak.

23 Secte détestable qui n'a eu de cesse de se rebeller, à la mort du Prophète e et tout au long de l'histoire, contre les califes et les dirigeants musulmans, faisant ainsi couler plus souvent le sang des musulmans que celui de leurs ennemis.

24 Sunnah : tradition du Prophète ( صلى الله عليه وسلم) qui est constituée de ses caractéristiques physiques et morales, de ses faits et gestes, de ses paroles et son silence, car son silence devant une situation signifie son approbation.

25 Shari‘ah: ensemble des lois divines avec lesquels un prophète a été envoyé. Cet ensemble de lois est abrogé par la venue d'une nouvelle loi et la Sharî‘ah de Muhammad (صلى الله عليه وسلم) abroge toutes celles qui ont précédées.

26 C'est-à-dire qu'ils récitent le Qur'ân saris le comprendre. C'est la secte des Khawârij qui est décrite ici. Voir Fath ul-Bârî, volume 12.

27 Rapporté par Al-Bukhârî (5058), livre des mérites du Qur'ân.

28 Le jugement concernant les Khawârij est sévère car leur danger pour la communauté est grand. Le fait de les tuer n'est pas laissé à l'initiative personnelle, mais c'est une responsabilité qui incombe aux autorités.

29 Rapporté par Al-Bukhârî (5057), livre des mérites du Qur'ân; Muslim (3/116) commentaire d'An-Nawawî, livre de la Zakât.

30 Rapporté par Muslim (1/65) commentaire d'An­Nawawî, selon Abû Hurayrah.

31 Rapporté par Muslim (1/228) commentaire d'An­ Nawawî, dans le livre de la foi, selon Ibn Mas‘ûd.

32 Rapporté par Al-Bukhârî (3641), livre des vertus ; Muslim (4/583) commentaire d'An-Nawawî, livre du pouvoir, selon Mu‘âwiyah.

33 Rapporté par Al-Bukhârî (7280), livre de l'attachement ferme (au Qur'ân et à la Sunnah), selon Abû Hurayrah.

34 Rapporté par Al-Baghawî dans Sharh us-Sunnah (1/201). Hadith faible.

35 Traduction approximative de l'Extrait du verset 46, les Femmes ; voir aussi la Table Servie, v. 13 et 41.

36 Traduction approximative de l'Extrait du verset 78, la Vache.

37 Rapporté par Al-Bukhârî (6/360) dans le récit des prophètes ; Muslim (2669), dans le livre de la science.

38 Le fer (Al-Hadid) V 27

39 Rapporté par Abû Dâwûd (4904), livre du comportement. Hadith faible.

40 Rapporté par Al-Bukhârî (7301), livre de l'attache­ment ferme (au Qur'ân et à la Sunnah).

41 Rapporté par Al-Bukhârî (5063), livre du mariage.

42 Rapporté par Muslim (5/213), livre des mérites, commentaire d'An-Nawawî.

43 Rapporté par Al-Bukhârî (4547), livre de l'exégèse du Qur'ân ; Muslim (5/522), commentaire d'An-Nawawî, livre de la science.

44 Rapporté par Muslim (5/523), commentaire d'An­Nawawî, livre de la science.

45 Rapporté par At-Tirmidhî (2677), livre de la science, qui le considère comme bon.

46 Rapporté par Al-Bukhârî (3697), livre de la conci­liation ; Muslim (4/312), commentaire d'An-Nawawî, livre des procès.

47 Les Bestiaux, V 159

48 Hadith faible. Voir Tafsîr Ibn Kathîr. 2/263.

49 Rapporté par Abû Dâwûd et At-Tirmidhî (3676), livre de la science ; celui-ci considère ce hadith comme authentique ; Musnad ul-Imâm Ahmad (4/126-127).

50 Rapporté par At-Tirmidhî (2641), livre de la science.

51 Rapporté par Muslim selon Jâbir (2/517), commen­taire d'An-Nawawî, chapitre du sermon du Prophète à le vendredi.

52 Les Jinns, V 1-2

53 Rapporté par At-Tirmidhî (2906), livre des mérites du Qur'ân : hadith faible. Voir Tuhfat ul-Ahwadhî, 8/3070.

54 Rapporté par At-Tirmidhî (2630), livre de la foi, selon Talha, selon son père, selon son grand-père.

55 Rapporté par At-Tirmidhî (2267), livre des troubles. Hadith faible, mais il existe, pour la portion entre crochets, un hadith avec un sens approchant, rapporté par l'imam Ahmad, dont la chaîne de rapporteurs est interrompue. Voir Majma'uz-Zawâ'id (1/127).

56 Les Bestiaux, V153

57 Musnad ul-Imâm Ahmad (4131).

58 Rapporté par Ibn Abdul-Barr dans Jâmi‘u Bayân il­‘Ilm (2/24).

59 Rapporté par Al-Bukhârî (7560), livre du Tawhîd; Muslim (2/451), commentaire d'An-Nawawî, chapitre du mérite de celui qui mémorise le Qur'ân. Dans une autre version du hadith, on trouve « des débauchés » à la place des « hypocrites ».

60Les hypocrites sont ceux qui sont musulmans seulement en apparence, mais qui, au fond d'eux, sont mécréants.

Ce hadith renvoie au début du chapitre où l'auteur explique que les œuvres agréées par Allah sont celles qui réunissent deux conditions : la sincérité et le dévouement exclusif pour Allah, et la conformité à la Sunnah du Prophète صلى الله عليه وسلم. Les hypocrites font des actes conformes à la Sunnah, mais qui ne sont pas voués à Allah ; cela ne leur sera donc d'aucune utilité.

Ibn Battâl dit : « La signification de ce chapitre est que la lecture (du Qur'ân) de l'hypocrite ou du débauché ne monte pas jusqu'à Allah, et ne lui est pas comptée ; ce qui est compté (comme bonne œuvre) est ce qui est accompli pour Allah sincèrement, dans le but de se rapprocher de Lui. » Voir Fath ul-Bârî, 13/655.

61 Note : Chamsân et ses semblables il s’agit de tombeau qui étaient adorés à l’époque de l’auteur.

62 La Vache, V256.