La Contrainte en Islâm

بسم الله الرحمـن الرحيم

 

 

~ La Contrainte en Islâm~

 

La contrainte signifie : « Forcer quelqu’un à faire ce qu’il ne veut pas. »




A propos de la contrainte :



"Quiconque a renié Allah après avoir cru... Sauf celui qui a été contraint alors que son coeur demeure plein de la sérénité de la foi. Mais ceux qui ouvrent délibérément leur coeur à la mécréance, ceux-là ont sur eux une colère d'Allah et ils ont un châtiment terrible. Il en est ainsi parce qu'ils ont aimé la vie présente plus que l'au-delà. Et Allah, vraiment ne guide pas les gens mécréants." [Sourate An-Nahl 16:106-107] Traduction approximative

Ibnou 'Abbas a dit :

Le verset 106 fut révélé à propos de 'Ammar Ibnou Yassar quand les Mouchriquines l'ont pris, lui, son père Yassar, sa mère Soumaya, Sou'aib, Bilal, Khabab et Salim.
Soumaya la mère de 'Ammar a été attachée à deux dromadaires et a été transpercée dans ses parties par une lance et mourut.
Son mari Yassar fut tué lui aussi et ils furent les deux premiers tués dans l'Islam.
Quant à 'Ammar il prononça sous la contrainte ce qu'on lui avait demandé (une parole de Kufr).
Le Prophète a été informé que 'Ammar a mécru (Kaffara), il a dit: "Non 'Ammar est plein de foi du sommet de sa tête jusqu'à ses pieds et la foi s'est mêlée à sa chair et son sang."
Cette version est Da'if, la version Sahih est celle qu'a rapporté Al Hakim dans son Moustadrak et Nassaï dans son livre dans le chapitre de la foi: "'Ammar est plein de foi jusqu'à ses Machamichs." 'Ammar est parti voir le Messager en pleurant, le Messager d'Allah s'est mis à lui essuyer les yeux (les larmes) et a dit: "S'ils recommencent (la torture) redis ce que tu as dis."


(Hadith Moursal et ces gens sont des gens de confiance - Fath Al Bari)



La contrainte n’est prise en considération que sous quatre conditions :




1) Que le contraignant soit capable d’exécuter sa menace, et que la victime soit incapable de se défendre, même en fuyant.

2) Il faut que la victime soit au moins pratiquement sur que le contraignant va exécuter sa menace s’il refuse.

3) Que la menace soit imminente. S’il dit « Si tu ne fais pas ce que je te demande, je te frapperai demain » ce n’est pas une contrainte, excepté si l’ultimatum est d’une durée très courte ou qu’on est sur que la personne tiendra sa promesse.

4) Que la victime ne laisse rien paraître qui montrerai qu’il le fait
volontairement.



Source: Fath Al Bârî, tome 12, page 311.