Obéir à la loi du Taghout

بسم الله الرحمـن الرحيم

logo.jpg

~ Obéir à la loi du Taghout ~

Nous avons été interrogés sur le fait d'obéir à la loi du taghout, dans les termes suivants :


« As Salamou 3aleykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh

En france, le port d'un couvre chef et le port d'un habit religieux est interdit dans les établissements scolaires publiques.

Est-ce que l'homme étudiant dans un lycée retire sa chachia avant de rentrer dans le lycée a fait du chirk akbar car il a obéit à la loi du taghout ?

De même si une mouslima retire son hidjab pour rentrer dans un lycée, est elle sorti de l'Islam car elle s'est soumis à la loi du taghout ? »


La façon dont sont énoncés les questions nécessite une réponse en deux points.


Nous faisons la différence entre l’obéissance en apparence et l’obéissance par soumission.

L’obéissance en apparence n’est en réalité pas une obéissance, mais quand on voit la personne on peut croire, sur son apparence, qu’elle a obéit par soumission.
L’obéissance par soumission c’est quand la personne obéit par ce que telle chose lui a été ordonnée, donc si ça ne lui ai pas ordonnée elle ne le fait pas.

Il y a plusieurs types d’obéissances :



1) L’obéissance et le suivi dans le shirk et le kufr.

Cela consiste à ce qu’une personne suive une créature (ou législation) ou qu’elle lui obéisse dans un acte de shirk, comme si on lui disait : « Prosternes-toi devant une statue » et qu’elle se prosterne, ou qu’on lui dise : « Sacrifies pour ce Djinn » et qu’elle sacrifie, ou encore « Vas demander justice à une autre législation que celle d’Allah » et qu’elle y aille et demande justice ; cela est considéré comme une obéissance dans l’association, et celui qui l’accomplit devient polythéistes même s’il n’a pas de croyance en cela, ni ne le rend « halal ».

> Ainsi, si la loi du Taghout nous demande de faire du shirk ou du kufr et que nous obéissons, quelque soit notre intention, que l’on rende halal ou pas cet acte, nous commettons du shirk akbar et du kufr akbar.

Par exemple, en Belgique, la loi oblige à commettre du shirk en allant soutenir un Taghout (par le vote) ou à reconnaître la démocratie, qui donne le droit de légiférer à un autre qu’Allah, sous peine d'amende.
Celui qui obéit, même si son intention est de ne pas avoir d'amende, aura tout de même commis du shirk akbar.

2) L’obéissance et le suivi dans le péché.

Cela consiste à ce qu’une personne suive ou obéisse à une créature ou à une législation dans un acte qui n’est pas du domaine du shirk mais du péché.

Ce genre d’obéissance se divise en deux catégories :

  •  L’obéissance dans le péché à une créature par soumission : ceci est du shirk dans l'obéissance.

Exemple : Une créature (un père) ordonne aux autres (sa famille) de boire de l’alcool. Ceux qui consomment cette boisson par soumission au père (« Il nous ordonne alors nous obéissons »), ont commis du shirk dans l’obéissance.

  •  L’obéissance en apparence dans le péché à une créature : ceci est un pêché.

Exemple : Une créature ordonne aux autres de boire de l’alcool. Celui qui consomme cette boisson par maladie (désir ou peur) en se désavouant de l’ordre, cette personne a commis un péché.



Le Cheikh Al-Islâm Ibn Taymiyyah a dit concernant ceux qui ont pris leurs moines et rabbins comme seigneurs en dehors d'Allah qu'ils se divisaient en deux catégories :

- Première catégorie : Ceux qui savent que ces moines et rabbins ont modifié la religion d’Allah mais les suivent tout de même concernant cette loi modifiée. Ils sont donc convaincus que ce qu'Allah a interdit leur est licite, et que ce qu’Il a rendu licite leur est interdit, suivant ainsi leurs chefs, bien qu'ils sachent pertinemment qu'ils sont en contradiction avec la religion des messagers. C'est là une forme de mécréance qu’Allah et Son messager ont nommée polythéisme.

- Seconde catégorie : Ceux qui croient sincèrement que ce qu’Allah a permis est licite, et que ce qu’Il a prohibé est interdit, mais obéissent* tout de même à leurs moines et rabbins en désobéissant ainsi à Allah, comme le ferait un musulman en commettant un péché qu’il sait pourtant être un péché. Ces personnes ont le même statut que ceux qui commettent des péchés.

[Majmou‘ al fatawa vol 7 page 70]

* Il s’agit de l’obéissance en apparence


-Par exemple, si la loi du Taghout nous oblige à boire de l’alcool, et que nous obéissons en soumission au Taghout nous commettons du shirk dans l'obéissance.
Mais si l’on boit l’alcool par désir, faiblesse de foi ou par peur de lui, alors nous commettons uniquement un péché.


3) L’obéissance et le suivi du Taghout dans ce qui ne relève ni du shirk ni du péché.

Ce genre d’obéissance se divise elle aussi en deux catégories :

  • L’obéissance à la législation du Taghout, par ce qu’elle provient de celui-ci, est du shirk dans l’obéissance au taghout car cette obéissance reconnaît le droit de cette législation et le devoir de s’y soumettre.



  •  L’obéissance à la législation en apparence non pas par soumission au Taghout mais pour une autre raison, tel que le fait d’éviter d’avoir une amende par exemple ; Ceci n’est ni du shirk ni un péché.


Par exemple, si la loi nous oblige à nous arrêter au feu rouge, et que nous nous arrêtons par soumission au Taghout et par ce qu’elle provient de celui-ci, nous commettons alors du shirk dans l'obéissance.
Mais si nous nous arrêtons pour d'autres raisons, tel que le fait de ne pas commettre d’accident ou avoir une amende, nous ne commettons ni de shirk ni de péché.



En ce qui concerne les exemples cités dans la question, le port d'un couvre chef rentre dans le 3eme catégorie. Par contre pour le hijab c'est la 2eme catégorie.



Obéir à la loi du Taghout